“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pourquoi Monaco détient désormais 1,1 % de TF1

Mis à jour le 26/07/2016 à 05:07 Publié le 26/07/2016 à 05:07
L'emblématique siège de TF1 s'élève du côté de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. La Principauté détient désormais 1,1% du groupe basé dans la tour vitrée.

L'emblématique siège de TF1 s'élève du côté de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. La Principauté détient désormais 1,1% du groupe basé dans la tour vitrée. AFP

Pourquoi Monaco détient désormais 1,1 % de TF1

La première chaîne est devenue propriétaire de TMC à 100 % grâce à un échange d'actions avec la Principauté. Selon le gouvernement, l'aspect financier n'est « pas la raison principale »

Sous le soleil de Saint-Tropez, Une femme d'honneur, Les mystères de l'amour, Alerte Cobra, Seule face à l'injustice, un documentaire sur « les personnalités fauchées en pleine gloire », un autre sur les « touristes en danger » à Paris…

Voilà un - rapide - aperçu de la grille des programmes de TMC. Mais si le canal numéro 10 a récemment fait le tour des sites d'information, ce n'est pas à cause de sa programmation.

Début juin, le groupe TF1 est devenu le seul propriétaire de TMC. La première chaîne a racheté 20 % des parts que détenait la Principauté dans la chaîne. En contrepartie, Monaco détient désormais 1,1 % du capital de TF1. Une manne.

« Première chaîne d'Europe », premier groupe télévisuel français… Les qualificatifs ne manquent pas quand vient le moment d'évoquer le groupe TF1 basé dans la tour vitrée de Boulogne-Billancourt. Les chiffres confirment : au premier trimestre 2016, TF1 a dégagé 481,9 millions d'euros de chiffres d'affaires.

Pas de changement, ni pour TMC, ni pour TF1

Financièrement, l'opération est très intéressante pour Monaco. Mais selon Pierre Medecin, le commissaire de gouvernement auprès de TMC, cet argument n'est « pas la raison principale » de cette entrée dans le capital. L'idée serait plutôt d'exister dans le paysage audiovisuel français. En ayant « une importance dans le milieu des médias », poursuit-il.

Comme pour souligner tous ces éléments, le gouvernement insiste aussi sur un autre point : « Cette transaction ne modifie en rien le fonctionnement actuel de la chaîne TMC, dont le siège et les activités se trouvent à Monaco », indique sobrement un communiqué publié début juin.

Pas de changement, promet-on du côté de TF1, pour la cinquantaine de salariés à Monaco, dont 38 CDI. Et TMC conserve un vice-président nommé par le prince Albert II, Etienne Franzi. Il est « le garant pour l'État monégasque de la bonne programmation de TMC », poursuit Pierre Medecin. Même si son rôle n'est pas exécutif.

L'État reste attaché à TMC

Ce qui ressort de ce discours, en substance, c'est que même si l'État a abandonné toute participation financière dans TMC, il reste très attaché à la chaîne qui porte le nom de la Principauté. Et ce n'est pas une première. Jean-Marie Charon, sociologue des médias, a dans ses souvenirs une anecdote qui va dans le même sens.

L'histoire remonte à la privatisation de la radio RMC, qui s'est déroulée en 1998. À l'époque, Charon est conseiller technique au cabinet de Catherine Trautmann, la ministre de la Culture d'alors. « Quand on a commencé les discussions sur la privatisation de RMC, on pensait que ce serait extrêmement simple, rembobine-t-il. L'audience était devenue très faible. Et on pensait que l'État monégasque serait content de se dégager d'une radio devenue extrêmement marginale. Mais les autorités semblaient très attachées à la chose… »

J.-M. Charon: «Peut-être que TF1 a souhaité avoirles mains plus libres»

Un échange d’actions : le montage financier de l’opération est « assez classique », commente Jean-Marie Charon. Il ne s’attarde pas trop sur la partie financière du dossier.Il est beaucoup plus disert, en revanche, sur les raisons qui ont conduit la chaîne au logo tricolore à s’intéresser à celle au blason rouge et blanc.

« Peut-être que TF1 a souhaité avoir les mains plus libres. Ils se sont laissés prendre de vitesse par Canal + avec D8 », juge-t-il. Justement, les deux chaînes se situent sur des « positionnements comparables », explique encore Jean-Marie Charon.

Le spécialiste poursuit sur les raisons qui ont poussé TF1 à devenir le seul propriétaire de TMC: « L’ambition n’est peut-être pas de réaliser des audiences considérables, mais de se situer dans le petit groupe, voire d’être le leader, des chaînes de rattrapage », ces médias qui, notamment, reprogramment beaucoup d’émissions, de films ou de séries déjà diffusés.

Avec, en filigrane, des enjeux sur la tarification des publicités.

Yann Barthès, l’ancien présentateur du « Petit Journal » de Canal +, doit d’ailleurs présenter une émission quotidienne sur TMC.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct