“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pourquoi les journaux du groupe Nice-Matin ne sont pas parus ce samedi

Mis à jour le 13/07/2019 à 15:13 Publié le 13/07/2019 à 12:40
Le siège du groupe Nice-Matin.

Le siège du groupe Nice-Matin. Photo Franck Fernandes

Pourquoi les journaux du groupe Nice-Matin ne sont pas parus ce samedi

Pas de Nice-Matin, ni de Var-Matin ou de Monaco-Matin ce samedi 13 juillet, rien sur les sites internet du groupe, vendredi après 20 heures. À l‘origine de cette non parution, une grève surprise: celle déclenchée à la quasi-unanimité par les journalistes du groupe, au terme d’une assemblée générale extraordinaire des salariés-actionnaires de la Société coopérative d’intérêt collectif (Scic) Nice-Matin consacrée à l’avenir de l’entreprise. Retour, en quatre temps, sur une journée particulière.

1. Le choix d’Iskandar Safa

Le quotidien est actuellement détenu à deux-tiers du capital par ses salariés. Le dernier tiers appartient au belge Nethys qui souhaite depuis plusieurs mois se désengager.

Situation délicate: à la faveur d’un pacte d’actionnaires, ce groupe doit devenir majoritaire début 2020. Il a finalement trouvé un acquéreur pour ses parts: Xavier Niel, fondateur de Free (téléphonie) et copropriétaire du journal Le Monde.

Minoritaire aujourd’hui, Xavier Niel doit d’ici quelques mois prendre le contrôle de Nice-Matin. L’accord a été officialisé vendredi à la mi-journée, alors que commençait à Nice l’assemblée générale des 456 administratifs, journalistes et techniques se répartissant la majorité du capital. 

2. Sur le fond, assez proches

Le choix suivant était soumis aux actionnaires: soutenir le projet de Xavier Niel ou lui préférer celui d’Iskandar Safa (chantier naval de Cherbourg, domaine de Barbossi à Mandelieu mais aussi Valeurs actuelles) et de sa société Privinvest.

Intéressé depuis plusieurs années à la reprise du quotidien, il s’était rapproché en 2018 du P.D-G. de Nice-Matin, Jean-Marc Pastorino, pour trouver un plan B à Nethys, de moins en moins impliqué dès cette époque dans la gestion du journal.

Entre les deux dossiers de candidature soumis aux salariés, peu de différences sur la stratégie (soutien à la presse "papier", présence renforcée sur le Net, diversification des activités) et sur le social.

Le vote a pourtant nettement penché du côté d’Iskandar Safa: 60% des voix, 39% pour Xavier Niel et 1% de votes blancs.

3. Attention à la ligne

Si les techniques et les administratifs ont clairement opté pour Privinvest, les journalistes lui ont tout aussi massivement préféré le projet Niel (137 voix contre 6).

La principale crainte porte sur l‘indépendance éditoriale. Malgré les assurances données par Iskandar Safa, présent à cette assemblée générale, la rédaction, très attachée au traitement de l’info sans parti pris, redoute un rapprochement avec la ligne éditoriale de Valeurs Actuelles, un hebdomadaire fortement marqué à droite.

Surtout, les journalistes craignent que le groupe Nice-Matin s’engage et s’enlise dans "une bataille judiciaire" que le Syndicat National des Journalistes (SNJ) redoute "longue, coûteuse et incertaine" entre les deux milliardaires.

4. Bras de fer en perspective

De quelle bataille s’agit-il? Xavier Niel sera propriétaire en 2020 selon le pacte d’actionnaires, mais Iskandar Safa est soutenu par une majorité de salariés. Comment résoudre ce conflit? En dénonçant le pacte d’actionnaires. C’est ce qu’a décidé l’assemblée générale.

Pour la CGT, les intentions du patron de Free, absent vendredi de cette AG mais qui a adressé vendredi des engagements écrits aux salariés, ne sont pas assez claires. Sûr de son bon droit, l’entourage de Xavier Niel confirme qu’il ne renonce à rien.

Ce qui est certain, c’est que le journal est absent des kiosques, ce samedi.

La direction du groupe Nice-Matin présente ses excuses à ses lecteurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct