“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"On voulait gagner". Deux ans après, un couple de Niçois revient dans les "Z'amours" sur France 2

Mis à jour le 18/01/2021 à 11:22 Publié le 18/01/2021 à 11:15
Après une première participation, le couple était resté en contact avec l’équipe des casteurs. Et quand en octobre dernier, la production organise une nouvelle cession de casting sur Nice, les deux Niçois retentent leur chance. Avec succès.

Après une première participation, le couple était resté en contact avec l’équipe des casteurs. Et quand en octobre dernier, la production organise une nouvelle cession de casting sur Nice, les deux Niçois retentent leur chance. Avec succès. Photo France 2

Je découvre la nouvelle offre abonnés

"On voulait gagner". Deux ans après, un couple de Niçois revient dans les "Z'amours" sur France 2

Les Niçois Philippe et Sabine retrouvent ce lundi l’émission des Z’amours deux ans après un premier passage.

Philippe Acquilina affiche cinquante-deux printemps mais une fraîcheur incroyable. Avec sa femme Sabine Aiovlasit, 48 ans, ils vont tester leur complicité sur le plateau des Z’amours, l’émission pour les couples, à 11h30 sur France 2.

Tout sauf une découverte puisqu’en 2019, Philippe et Sabine, deux purs Niçois, avaient payé pour apprendre, comme on dit, avec une première participation au jeu télévisé.

Cette fois, ils sont allés à Paris pour gagner. Au civil, Philippe tient un camion pizza sur la corniche des Oliviers à Nice, au-dessus du lycée d’Estienne d’Orves. Sabine, elle, est assistante maternelle. Ils sont en couple depuis quatre ans.

Après une première participation, le couple était resté en contact avec l’équipe des casteurs. Et quand en octobre dernier, la production organise une nouvelle cession de casting sur Nice, les deux Niçois retentent leur chance. Avec succès.

Après une batterie de tests en trois étapes (un questionnaire général, des questions sur leur couple et un passage filmé) le couple nissart a une nouvelle fois été retenu pour une session d’enregistrement sur Paris. Cette fois, la motivation a changé, ils sont montés avec un objectif ferme.

"On était revanchards, détaille Philippe. Cette fois, on voulait vraiment gagner, on a élevé notre niveau de jeu. Une journée d’enregistrement est vraiment intense, c’est dix heures de tournage et on était opposé à un couple de Lyon et un autre de Dijon".

"On est chouchoutés"

Une grosse concurrence, a priori. Comment se prépare-t-on aux Z’amours? Philippe: "On regarde beaucoup de replays, on prend des notes, on passe en revue les diverses questions, on s’interroge, on avance comme ça avec Sabine"

Pour le couple, cette aventure cathodique est une véritable bouffée d’oxygène. "Ce n’est que du bonheur, ça fait du bien à notre couple. C’est un plaisir de savoir si on se connaît vraiment tous les deux." 

Surtout, les tourtereaux ont adoré se faire cajoler par la production. Loges avant le tournage, maquillage, coiffure, etc.

"On est chouchoutés, c’est très agréable, poursuit Philippe. Et puis c’est toujours intrigant de voir l’envers du décor d’une émission. Etre face à une caméra, sous les projecteurs, être au cœur d’une telle émission, c’est toujours plaisant".

Prêts à y retourner une troisième fois si l’occasion de présente? "Sans aucun souci" conclut Philippe.

Philippe et Sabine n’ont qu’une envie, ramener le titre sur la Côte d’Azur.

Savoir+
Les Z’amours, aujourd’hui à 11h30 sur France 2.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.