“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Malgré la baisse des aides, cette radio associative choisit la qualité

Mis à jour le 20/09/2017 à 11:13 Publié le 20/09/2017 à 05:28
La journaliste Fathia Merfoud, présentatrice phare de l'antenne mentonnaise d'Agora FM se réjouit de rempiler cette année et promet de « belles choses » à ses nombreux et fidèles auditeurs.

La journaliste Fathia Merfoud, présentatrice phare de l'antenne mentonnaise d'Agora FM se réjouit de rempiler cette année et promet de « belles choses » à ses nombreux et fidèles auditeurs. Photo G.B.-B.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Malgré la baisse des aides, cette radio associative choisit la qualité

La radio associative locale a dévoilé lundi sa nouvelle grille de programmes pour l'exercice 2017-2018. Malgré la baisse des subventions, la petite équipe d'Agora FM à Menton croit en son avenir

Antenne singulière dans le paysage radiophonique local, Agora FM informe les Mentonnais depuis 1982 avec un credo simple mais efficace : entretenir la proximité avec son territoire et ses auditeurs. La petite équipe d'Agora FM à Menton ne s'en cache pas, au contraire. C'est même un plaisir qu'elle cultive avec frénésie et passion. Et ce, malgré la baisse des fonds publics qui lui sont alloués, sa principale source de revenus.

Dans les locaux de la radio associative, rue Partouneaux, la petite équipe avait convoqué la presse lundi soir afin de présenter sa nouvelle grille pour l'exercice 2017-2018. Nouvelles têtes, nouveaux programmes et nouveaux formats, on fait le point sur ce qui attend les auditeurs du Mentonnais branchés sur la fréquence 88.9 FM.

"La qualité plutôt que la quantité"

L'iconique président de la radio associative, Gilbert Andruccioli, aime le répéter à l'envie: "Nous ne sommes pas une radio commerciale. On privilégie la qualité plutôt que la quantité".

Cette année n'est pas en reste, peu de changements majeurs, mais toujours la même volonté de dynamiser le tissu local mentonnais avec des programmes spécifiques de 7 heures à 13 heures.

Comme à l'accoutumée, l'auditeur est plongé dans le bain des infos dès 7 heures. De l'info locale, des offres d'emploi, la météo… Le tronc reste globalement le même. L'auditeur retrouvera les habituelles émissions qui font le succès de l'antenne: "Une place pour chaque jeune" présentée par le directeur de la Mission locale, Zied Essid, "Soyons Zeste" présentée par Cécile Metge ou encore "Le Brésil dans tous ses états", animée par la chanteuse jazz Dona Flor.

Au rang des nouveautés, on observe l'évolution de l'émission conjointement présentée par la journaliste Fathia Merfoud et le chroniqueur spécialisé Olivier Bris, également président de l'Association Française de prévention contre les abus bancaires.

"On avait fait le tour des sujets de l'ancienne chronique qui était centrée sur les abus bancaires. Aujourd'hui, avec "Partitions européennes ", on va pouvoir élargir sur le fonctionnement et les rouages des institutions européennes", expliquent les deux présentateurs dans un large sourire.

Une chronique à retrouver le mardi et le samedi à 10 heures. Un nouveau magazine dédié aux associations, le "Carrefour associatif" se veut quant à lui être "une vitrine" des acteurs locaux pendant dix minutes, le vendredi à 11 h 15.

Les formats courts à l'honneur

Les formats courts seront particulièrement mis en valeur cette année. Partant du principe que "ça cartonne", Fathia Merfoud explique: "Ce sont des formats de 7 minutes très demandés et qui génèrent beaucoup de retours des auditeurs. Par exemple, les pastilles de Paul-Emmanuel Thomas, le directeur du conservatoire municipal, autour du Festival de musique ont fait exploser les compteurs", se réjouit-elle.

En ce sens, une nouvelle chronique risque de faire une entrée fracassante sur les ondes d'Agora FM. Présentée par Patrick Estève, le président du Cercle Blasco Ibañez, "Littérature et déracinement au fil des mots" se veut être une chronique autour du "nomadisme, du voyage et de l'altérité" en littérature.

"Une plongée dans l'univers d'auteurs déracinés comme Rudyard Kipling ou Stefan Zweig", promet-il.

"2018 sera une année charnière"

Malgré un enthousiasme de rigueur lors de la soirée de présentation de cette nouvelle grille des programmes, la situation de la petite radio associative reste bancale.

"Nous, nous n'avons rien à vendre, pas de publicités. Comme nous sommes une association à but non lucratif, nous avons ce souci de savoir comment nous allons trouver de l'argent, minute par minute", insiste le président avec verve.

"Beaucoup de gens se demandent comment on vit. C'est difficile et ce sera d'autant plus difficile cette année. 2018 sera une année charnière", prévient-il, la gorge serrée.

Dans un contexte marqué par la baisse des financements publics aux radios associatives, Agora FM joue sa survie. Mais en rien la situation n'altère la volonté de ses animateurs, chroniqueurs, journalistes et intervenants divers qui promettent: "On va rester focalisés sur le pays mentonnais. Cette année, il y aura encore de belles choses à partager sur Agora FM ".

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.