“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les très bonnes ondes de Radio Pitchoun

Mis à jour le 25/08/2017 à 09:31 Publié le 25/08/2017 à 05:18
En plein travaux, avec son épouse, ses enfants et deux chroniqueuses de Radio Pitchoun.

En plein travaux, avec son épouse, ses enfants et deux chroniqueuses de Radio Pitchoun. Photo Gilles Traverso

Les très bonnes ondes de Radio Pitchoun

La radio pour les 3-12 ans fête son premier anniversaire. Une année marquée par de grandes nouvelles, des innovations et le lancement d'une chaîne de télévision le 4 septembre

"Monaco est notre point de départ, il ne faut jamais l'oublier. La Principauté nous a attribué une fréquence FM mais aussi RNT (Radio numérique terrestre) sur la Côte d'Azur. On nous a fait confiance et je suis très reconnaissant envers Monaco."

Laurent Brochet n'est pas du genre à oublier. Loin de là. Alors, quand il évoque les débuts de Radio Pitchoun, lancée le 1er juillet 2016 et basée au Cannet, il évoque systématiquement le rôle de Monaco… et se remémore le moment où est née cette folle idée: "Nous partions en vacances avec ma femme et mes enfants qui adorent la musique. En zappant sur l'autoradio, je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de radio adaptée pour eux. Ça a été le déclic."

L'approbation du CSA

Dans le milieu de la radio depuis quinze ans, Laurent Brochet connaît la difficulté de se lancer. "Le plus compliqué, c'est d'avoir des fréquences en France. Il y a peu d'élus et, lors des appels à candidatures par le CSA pour obtenir la catégorie D (les radios thématiques à vocation nationale, NDLR), nous avions une chance sur 2.000 d'être retenus. Je me suis dit que c'était peut-être la chance de ma vie. En décembre 2016, l'appel à candidatures remettait à plat les fréquences avec l'arrivée de la RNT. À 33 ans, je...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct