“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Entre Monaco et Montréal, le destin de Nicolas Jelmoni passe par "La France à un incroyable talent" sur M6

Mis à jour le 29/11/2017 à 18:06 Publié le 29/11/2017 à 18:00
Le jeune homme et sa partenaire Charlotte O’Sullivan présenteront leur numéro de main à main sur M6.

Le jeune homme et sa partenaire Charlotte O’Sullivan présenteront leur numéro de main à main sur M6. Photo Cyril Dodergny

Entre Monaco et Montréal, le destin de Nicolas Jelmoni passe par "La France à un incroyable talent" sur M6

Le jeune artiste acrobate, qui a grandi à Monaco, participe ce jeudi à l’émission de M6, La France à un incroyable talent. Une nouvelle étape médiatique dans sa carrière.

Il y a eu Marta dans Koh Lanta en septembre, voici Nicolas, 26 ans, né à Monaco et engagé dans la demi-finale ce jeudi de La France à un incroyable talent, à 21 heures sur M6. Son incroyable talent à lui, c’est une pratique, devenue art, du main à main. Une discipline acrobatique de précision qu’il peaufine depuis de nombreuses années avec sa partenaire canadienne Charlotte O’Sullivan. Elle voltige, il porte.

Le tandem s’est rencontré sur la piste de l’école nationale du cirque de Montréal, dont ils ont été diplômés tous les deux en 2014. Ce télé-crochet est une nouvelle étape dans une carrière internationale naissante, mais déjà bien riche.

Au Cirque du soleil

Leurs prouesses au main à main ont été applaudi, des spectateurs de Broadway jusqu’aux chapiteaux du Cirque du Soleil. Actuellement, ils se produisent pour plusieurs semaines à Playa del Carmen au Mexique. Et préparent un nouveau show en janvier, sur la scène de l’opéra de Sydney.
Avant l’Australie, ce sera donc Paris pour l’émission de M6, où ils auront 2 minutes 30 pour séduire le jury. "Nous avons eu plusieurs fois des propositions pour participer à des émissions de ce genre, mais les agendas n’étaient jamais les bons. Cette année, c’était le bon timing et nous sommes allés aux auditions avec un numéro habituel", raconte Nicolas.

La demi-finale a été enregistrée il y a quelques jours à Paris, après un faux départ. En effet, courant octobre, le tandem avait prévu de quitter le Mexique quelques jours pour venir faire son numéro à Paris. Mais le scandale autour des accusations d’agressions sexuelles concernant Gilbert Rozon l’un des jurés de l’émission éclate et met en péril le programme.

"Une semaine avant le début du tournage, des demi-finales, nous ne savions pas si tout était annulé ou pas. Finalement, nous sommes allés à Paris tourner la demi-finale et la production diffusera à cette occasion des images de notre première prestation, en flashback, car le public ne les a pas vus".

"Contents de ce qu’on a fait"

S’il ne peut pas dévoiler l’issue de cette demi-finale, où les deux acrobates ont présenté un numéro différent des auditions, Nicolas s’est dit "content de ce qu’on a fait". Et espère revenir à Paris en décembre pour la finale à l’issue des résultats.

"Nous n’avons pas beaucoup travaillé en France, cela pourrait nous donner des opportunités", souligne le jeune homme qui caresse l’espoir, un jour, d’ouvrir un cabaret en Principauté.

Histoire de prolonger sa seule expérience scénique dans son pays. C’était en 2016 sous le chapiteau de Fontvieille pour le festival New Generation.

"Parfois dans mon métier on peut avoir le trac car il y a des personnalités dans la salle, ce soir-là pour New Generation, j’étais heureux de revenir montrer en Principauté mon art et mon travail, mais j’avais le trac surtout car je connaissais la moitié de la salle".

Leur numéro leur a permis de récolter un Junior d’Argent et le prix du public.

Une récompense pour le travail du jeune homme, qui a démarré dans sa discipline par la gym "où j’étais très mauvais", se souvient-il. Puis a bifurqué vers le plongeon, avant de partir, son bac en poche, se former dans des écoles de cirque à San Francisco puis Montréal. "Ce que je voulais, avant tout, c’était être sur scène".

Pari réussi!


La suite du direct