“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Chik up: la nouvelle appli d'information sur Monaco

Mis à jour le 09/02/2016 à 05:06 Publié le 09/02/2016 à 14:06
Bruno Alberti, à la tête de Chik radio, Chik TV, Chik Access et maintenant Chik up.

Bruno Alberti, à la tête de Chik radio, Chik TV, Chik Access et maintenant Chik up. Photo Michael Alesi

Chik up: la nouvelle appli d'information sur Monaco

Après six mois de travail, Bruno Alberti lance aujourd'hui une application, disponible sur smartphones et tablettes, pour proposer des news et des bons plans sur Monaco

On connaissait Chik Radio sur FM103.6 créée en avril 2012 pour les russophones, Chik Access pour une conciergerie sur-mesure depuis 2014, Chik TV disponible sur le n° 382 du câble de Monaco Telecom… Et, depuis ce matin, voici Chik up, une application pour smartphones et tablettes téléchargeable gratuitement sur l'app store et sur Google play.

Décidément, Bruno Alberti décline le « chik » en restant décontracté. Dans les locaux style loft de sa radio, la « positive attitude », le sourire et les jeans ne font pas oublier le boulot. Au 17 boulevard Rainier-III, Bruno Alberti, Belge, cofondateur de Radio Nostalgie, anime sa petite équipe de pigistes et d'auto-entrepreneurs avec souplesse et créativité.

Russe, français, anglais

Ici, on parle russe - la langue qui signe l'identité de la radio, mais aussi anglais et français. C'est d'ailleurs dans ces trois déclinaisons qu'est proposée Chik up qui remplace l'initiale appli Chik Planet. «Nous proposons des news magazine sur Monaco bien sûr, mais aussi sur New York, Los Angeles, Miami, Londres, Moscou, Saint-Pétersbourg…», souligne Bruno Alberti.

Mais Chik up c'est aussi un agenda culturel et événementiel pour toutes ces villes, la radio, des chats, des vidéos sur les activités des partenaires… Des partenaires ou des clients qui achètent de la publicité d'un nouveau genre pour financer l'appli?

«C'est notre modèle économique. Nous sélectionnons des partenaires qui correspondent au style " Chik " et génèrent du revenu. Nous donnons un éclairage particulier sur leurs services, leurs offres en réalisant des clips de trois minutes qui bénéficieront de " push ", seront diffusées également sur Facebook et Instagram. Au total, on touche potentiellement 80 000 personnes.»

«L'expérience d'une radio communautaire est humainement très intéressante, souligne le chef d'entreprise. C'est un outil d'information qui tisse du lien entre les auditeurs. Aujourd'hui, on estime à 20 000 le nombre de russophones à Monaco et dans les Alpes-Maritimes.»

Alors que Chik s'est distingué initialement par son identité russophone, l'audience est aujourd'hui à 50 % internationale, «en raison de la programmation musicale». «Le choix est très varié, inspire la bonne humeur, sans être trop formaté», explique Inga Pichat, une Russe installée depuis quinze ans en France et en charge de la programmation.

Si la radio et autres déclinaisons «Chik» ont donc pleinement leur place uniquement avec la communauté russe, elles savent aussi séduire, grâce au numérique, un public plus large à travers le monde.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct