“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Conseil lecture de l'été : le dernier polar de Jean-Christophe Grangé

Mis à jour le 31/07/2020 à 19:49 Publié le 01/08/2020 à 15:00
En ce moment, Jean-Christophe Grangé travaille sur un roman noir historique, dans le Berlin de 1939.

En ce moment, Jean-Christophe Grangé travaille sur un roman noir historique, dans le Berlin de 1939. Photo Richard Dumas

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Conseil lecture de l'été : le dernier polar de Jean-Christophe Grangé

L’un des maîtres du thriller français souffle un vent glacial sur vos lectures d’été. Dans "Le Jour des cendres", il rappelle Niémans, héros des Rivières pourpres, pour une enquête bien noire au cœur d’une secte.

Alors que le tournage de la saison 3 des "Rivières pourpres", avec Olivier Marchal et Erika Sainte, vient de démarrer pour France 2, l’auteur du célèbre livre dont s’inspire la série policière continue d’étoffer son héros : le capitaine Niémans. Jean-Christophe Grangé avait déjà ressuscité son flic favori l’an dernier, dans La Dernière Chasse, développant en roman une idée de scénario écrit pour la série.
Il poursuit ses aventures cet été avec Le Jour des cendres, qui évoquera cette fois, aux téléspectateurs, la trame des épisodes 3 et 4 de la première saison.
"J’aimais bien ces deux histoires et j’étais sûr de pouvoir en faire des bons bouquins. J’avais des idées de développement... C’est un peu frustrant les scénarios, quand vous êtes écrivain!", explique le romancier parisien.

Dans cette nouvelle enquête, Jean-Christophe Grangé emmène son capitaine revêche et son adjointe rebelle en Alsace, au sein d’une communauté religieuse retirée dans un vignoble. Look Amish, dieu pour tous et tous pour un, c’es tla fin de l’automne et ils s’affairent aux vendanges tardives.

Sauf qu’un homme est mort, que d’autres vont suivre et que le vernis pacifique qui lustre les jours paisibles du phalanstère va sévèrement craquer. Religion, rites et symboles mystérieux, on retrouve la patte Grangé.
"Je suis d’un naturel mystique, reconnaît l’auteur traduit dans une trentaine de langues. Dans tous mes livres, je parle du mal. Mais d’un mal qui veut revêtir une certaine "pureté". Je n’ai jamais écrit sur des braqueurs, des trafiquants, ça ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse, ce sont ceux qui font le mal pour le mal, ou le mal avec une idée du bien tellement tordue qu’ils en arrivent au pire qui puisse exister, un peu comme les nazis."

Religion, rites et mystère

Comment certains essaient de légitimer leurs crimes, voilà ce qui passionne le romancier.
"Se trouver une excuse pour tout ce qu’on fait, c’est la tendance générale de l’homme. Ça m’énerve, ça me choque. Et ça part de celui qui dénonce son voisin en se persuadant qu’il a raison, jusqu’à des choses extrêmes comme pour cette secte que j’imagine. J’aime opposer le "bien" chrétien à sa distorsion. Partant de là, j’en arrive vite à des personnages maléfiques, qui ont quelque chose à voir avec le diable."

C’est sombre, cruel, carrément noir. Et on se demande où l’écrivain – qui vit comme "un ermite à Paris", sans télé ni journaux, dit-il – va chercher tout ça.
"Il ya de temps en temps un malentendu, on me dit parfois quec’est ce que j’aime ou qu’il y a de la complaisance, mais au contraire, vous écrivez sur ce qui vous bouleverse. J’ai découvert, enfant, la violence humaine et c’est un truc que je n’ai jamais pu digérer, çaanourri mes cauchemars. Tout naturellement, quand je me suis mis à écrire, j’ai écrit là-dessus. C’est un des meilleurs sujets que l’on puisse trouver, c’est le drame de la nature hu-
maine."

Un côté obscur de l’humain que l’auteur et son personnage mettent aussi à distance grâce à un humour assez nouveau et franchement bienvenu.
"C’est une évolution litté-raire et humaine. Dans la vie, je suis plutôt un rigolo mais, dans mes livres, je me suis longtemps interdit, par pudeur, d’écrire des blagues. Avec l’expérience et le succès, j’ai pris un peu de confiance et je me suis autorisé à laisser celles qui me sont venues spontanément", confirme le romancier de cinquante-neuf ans.
"J’aime bien, en tant que lecteur aussi, quand le noir est désamorcé par le décalage. L’humour, c’est un fil que je vais dérouler davantage!"

Le Jour des cendres. Jean-Christophe Grangé. Éditions Albin- Michel. 368 pages. 21,90€.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.