“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. On vous conseille le dernier polar de la Varoise Karine Giebel

Mis à jour le 24/05/2018 à 18:47 Publié le 24/05/2018 à 18:42
Ancienne juriste à la Métropole de Toulon, Karine Giebel a la chance de pouvoir vivre aujourd’hui de ses droits d’auteurs.

Ancienne juriste à la Métropole de Toulon, Karine Giebel a la chance de pouvoir vivre aujourd’hui de ses droits d’auteurs. Photo Melania Avanzato

INTERVIEW. On vous conseille le dernier polar de la Varoise Karine Giebel

L’auteur, originaire de La Seyne, est de retour. Deux ans que l’on attendait son nouveau roman. On n’est pas déçu puisque "Toutes blessent la dernière tue" est un récit puissant, une histoire captivante. Nous l'avons interviewée dans notre magazine Week-End avant sa venue au Festival du livre de Nice du 1er au 3 juin prochains.

L'accusée Karine Giebel nous l'avoue lors de notre interrogatoire (interview évidemment): "J'ai eu besoin de 740 pages pour raconter mon histoire". Et on se dit: 740 pages c'est long.
Eh bien non! On mange, on dévore ce livre et arrivé à la fin, on a envie de dire: encore! Ce polar-thriller-roman est magnifique.
Autant le dire tout de suite: c'est notre préféré des douze livres de l'auteur. On sent tout le travail qu'elle a réalisé pour mener cette enquête sur l'esclavage des êtres humains. Et puis, il y a aussi cette histoire d'amour improbable, violente et, finalement, belle.
Et enfin, il y a l'écriture de Karine Giebel. Qui n'a jamais été aussi aboutie. Cela fait beaucoup de raisons de vouloir rencontrer Karine Giebel et d'en savoir plus sur la longue parturition qu'a nécessitée ce roman puisqu'il a fallu attendre deux ans depuis la sortie de son dernier livre (De force, aux Éditions Belfond) pour découvrir le petit dernier de la reine du polar français.

Pourquoi avoir choisi ce sujet de l'esclavage humain et même de l'esclavage de jeunes humains, d'enfants?
Depuis toujours, je m'intéresse beaucoup à tout ce qui touche aux droits de l'Homme. Et ça fait un moment que j'ai envie d'écrire sur l'esclavage moderne car l'esclavage n'est, en fait, pas aboli.
Ou plus précisément: il a été aboli mais il existe encore.
Donc,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct