“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"C’est l’histoire d’un mec qui a découvert son hypersensibilité sur le tard". Maurice Barthélémy se confie dans un livre

Mis à jour le 03/03/2021 à 17:31 Publié le 03/03/2021 à 18:00
Maurice Barthélémy .

Maurice Barthélémy . Photo Capucine de Chocqueuse

Monaco-matin, source d'infos de qualité

"C’est l’histoire d’un mec qui a découvert son hypersensibilité sur le tard". Maurice Barthélémy se confie dans un livre

Avec l’humour qui le caractérise, l’ancien Robin des bois livre un témoignage salutaire dans "Fort comme un hypersensible". Un ouvrage éclairant sur cette nature méconnue.

"Ami lecteur, sache que tout ce que je raconte est vrai. C’est l’histoire d’un mec qui a découvert son hypersensibilité sur le tard et qui souhaite partager cette magnifique expérience. Le sentiment que j’ai au quotidien, c’est d’avoir une parabole au-dessus de la tête.

Je suis comme le personnage de la série Mentalist mais, moi, j’ai décidé de ne pas résoudre d’enquête criminelle." 

Le ton est donné. C’est par cet "avertissement" que Maurice Barthélémy, acteur et réalisateur, ouvre son livre, Fort comme un hypersensible. Un livre positif, grâce auquel nombre d’entre vous se reconnaîtront et se libéreront!

Comment ce livre est-il né?
Ça a commencé pendant le confinement. J’ai fait un live sur Instagram sur l’hypersensibilité avec Charlotte Wils, la coach avec laquelle j’ai coécrit le livre. Les éditions Michel Lafon m’ont contacté car l’idée d’avoir le témoignage d’un homme qui assume son hypersensibilité les intéressait.

De mon côté, je trouvais utile de dissiper certains malentendus sur ce thème et de dévoiler une nouvelle facette de moi. Et comme je souhaitais que ce livre soit écrit sous la forme d’entretiens, on m’a présenté l’auteure Bessora.

Le fait même que cet ouvrage émane d’une célébrité tord le cou à l’idée selon laquelle un hypersensible est effacé?
Effectivement, on associe souvent l’hypersensibilité à une forme de fragilité, d’hyper-émotivité. Ce n’est pas obligatoire.

Dans mon cas, cela s’associe davantage à un surcroît d’informations qu’à un surcroît d’émotions. J’ai une capacité de perception très aiguë via mes cinq sens et, souvent, cela m’embrouille l’esprit.

Mais parfois ça me permet d’analyser rapidement certaines situations.

Quel pourcentage de la population serait concerné?
Selon certaines études, 20 à 30% de la population le serait. Parmi lesquels 70% d’introvertis et 30% d’extravertis.

Moi, je suis un mélange des deux. Introverti dans ma vie privée et extraverti dans ma vie publique.

Avant de pouvoir mettre un terme sur votre différence, avez-vous vu beaucoup de praticiens?
Oui. Je ne m’expliquais pas mon manque de confiance en moi, ma tendance à me dissocier dans les moments de stress.

Il y avait deux moi, un qui observait l’autre en train de stresser, ça me rendait encore moins efficace!

Je ne comprenais pas ma surempathie, ma détestation absolue de l’injustice, pourquoi j’étais dérangé par la lumière trop forte, les bruits trop forts, les odeurs particulières.

Je n’arrivais pas à mettre un nom sur cette différence. C’est lorsque je suis tombé sur le livre Je pense trop, de Christel Petitcollin, que j’ai eu une révélation.

Retrouve-ton chez les hypersensibles des caractéristiques communes?

Oui, que je retrouve dans mon entourage familial et amical, puisque ça se transmet et que l’on s’attire!

Nous sommes caractérisés par la phobie du retard, l’idéalisme, la tendance à tout anticiper... L’hypersensible, étant obligé de gérer beaucoup d’infos à la fois, a tendance à vouloir contrôler sa vie, pour compenser le désordre ressenti.

Mais certains n’y arrivent pas et ont du mal à trouver un métier qui les passionne, à se stabiliser sur le plan sentimental et tombent en dépression.

D’autant qu’ils sont des proies de choix, selon vous, pour les pervers narcissiques?
C’est l’association fatale entre l’hypersensible qui est altruiste, généreux, qui ne pense pas à mal et le pervers narcissique qui est calculateur. Il a besoin de l’énergie de l’hypersensible pour se nourrir lui-même.

Touché par les failles du pervers, l’hypersensible veut le sauver, c’est le syndrome de l’infirmier. Le pervers en profite pour l’enfermer dans sa toile d’araignée.

Cela n’a pas été votre cas mais en revanche vous vous êtes parfois auto-saboté dans votre vie professionnelle?
À l’époque où je voulais entrer au Conservatoire de Paris, je plantais tous mes concours parce que j’avais une confiance en moi terriblement basse. L’expérience Robin des bois m’a apporté une forme de légitimité, qui m’a aidé à dépasser cet état-là.

Je ne perds plus mes moyens. Une fois qu’on a réussi à se débarrasser de ce qui nous entrave, comme la culpabilité, et à canaliser son esprit bouillonnant, on découvre qu’on a une forte intuition, un esprit de déduction très rapide, une grande créativité et générosité.

On peut être hypersensible et performant!

 
Photo Capucine de Chocqueuse

Fort de l’avalanche de messages gratifiants reçus du public, depuis la publication de Fort comme un hypersensible (notamment sur Instagram) Maurice Barthélémy a décidé de s’atteler à l’adaptation du livre sur scène.

"Je vais faire une sorte de conférence en comédie, un complément du livre en live, que je jouerai – si tout va bien – à la rentrée, les dimanches soir et lundis soir, à la Pépinière-Opéra, à Paris. Cela me permettra aussi de répondre en direct aux gens."

Autre projet sur le feu: la mise en scène du prochain seule en scène de Liane Foly.

"Ce sera une expérience inédite pour moi, confie l’acteur et réalisateur. Avec Liane, nous sommes amis depuis longtemps et j’ai été très touché qu’elle me demande cela."

Côté cinéma, Maurice Barthélémy brûle de remettre certains projets en route, mais le 7e art étant à l’arrêt, il lui faudra un peu patienter.

Idem pour ses projets de séries. En attendant c’est sous le soleil andalou que celui qui est né à La Paz en Bolivie en 1969, a pris ses quartiers et cultive sa belle hypersensibilité...

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.