“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La Grèce va autoriser davantage de vols en provenance de l'Europe et du monde à partir du 15 juin

Mis à jour le 31/05/2020 à 09:27 Publié le 31/05/2020 à 09:31
Des visiteurs sur la colline du Pnyx à Athènes le 29 mai 2020. Le pays s'apprête à accueillir des touristes du monde entier à partir du 15 juin.

Des visiteurs sur la colline du Pnyx à Athènes le 29 mai 2020. Le pays s'apprête à accueillir des touristes du monde entier à partir du 15 juin. Photo by Louisa GOULIAMAKI / AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La Grèce va autoriser davantage de vols en provenance de l'Europe et du monde à partir du 15 juin

La Grèce va autoriser des vols en provenance de davantage de pays de l'UE, dont la France, à partir du 15 juin, a déclaré samedi un responsable du gouvernement.

Les passagers de ces avions ne seront pas soumis à des mesures strictes de quarantaine, à l'exception de ceux arrivant des régions les plus touchées par le Covid-19 dans ces Etats européens, comme l'Ile-de-France (Paris et ses environs), quatre régions italiennes (Emilie-Romagne, Lombardie, Piémont, Vénétie) et quatre autres en Espagne (Madrid, Catalogne, Castille et Leon, Castille-La-Manche), a-t-il ajouté.

"Cela dépendra maintenant de l'aéroport d'origine, non du pays (d'origine)", a-t-il dit à l'AFP.

atterrissages à Athènes et Thessalonique

La Grèce avait annoncé la veille l'ouverture des aéroports d'Athènes et de Thessalonique (nord) aux touristes de 29 pays, dont une quinzaine de l'Union européenne, à compter du 15 juin.

Du 15 au 30 juin, les avions ne pourront atterrir que dans ces deux villes. Les autres aéroports régionaux et sur les îles grecques ne seront remis en service que le 1er juillet.

D'après un document du ministère grec des Affaires étrangères diffusé samedi, la Grèce s'en est remis aux recommandations de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) pour déterminer quels aéroports de l'UE sont encore à haut risque en matière de pandémie.

"Si votre voyage a pour origine un aéroport qui ne figure pas sur la liste de l'EASA des zones touchées (par le nouveau coronavirus) (...) vous n'êtes alors soumis qu'à des tests aléatoires à l'arrivée" en Grèce, a expliqué ce ministère.

"Si vous venez d'un aéroport qui figure sur la liste de l'EASA des zones touchées (par le nouveau coronavirus), vous serez soumis à un test à votre arrivée", a-t-il poursuivi.

"Une nuitée doit être passée dans un hôtel désigné. Si le test est négatif, le passager se met lui-même en quarantaine pendant sept jours. Si le test est positif, le passager est mis en quarantaine sous surveillance pendant 14 jours", selon la même source.

les touristes attendus du monde entier

Outre l'UE, les touristes en provenance de Suisse, de Norvège, des pays balkaniques voisins de la Grèce comme l'Albanie, la Serbie et la Macédoine du Nord, sont également autorisés à arriver aux aéroports d'Athènes et de Thessalonique.

Sur cette liste, on trouve aussi l'Australie, le Japon, Israël, le Liban, la Chine, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud.

Après un déconfinement graduel entamé le 4 mai, la Grèce a annoncé l'ouverture de ses hôtels à l'année le 1er juin, avant les hôtels saisonniers, le 15 juin.

Moins touchée que ses partenaires européens, la Grèce, qui compte 10,7 millions d'habitants, déplore jusqu'ici moins de 200 morts et environ 3.000 cas de contamination par le nouveau coronavirus.

L'industrie du tourisme compte pour environ 20% du produit intérieur brut (PIB) de l'économie de ce pays.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.