“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Virginie Zand s'envole vers La Réunion

Mis à jour le 10/07/2018 à 05:13 Publié le 10/07/2018 à 05:13

Virginie Zand s'envole vers La Réunion

Jeudi prochain, c'est la dernière audience pour Virginie Zand.

Jeudi prochain, c'est la dernière audience pour Virginie Zand. La conseillère de la Cour d'appel depuis le 1er septembre 2015 quitte définitivement son poste monégasque le mercredi 18 juillet où elle aura siégé pendant trois ans. Sa nouvelle affectation ? La juridiction d'appel de Saint-Denis où sont instruites les affaires transmises par les tribunaux de Mayotte et de La Réunion.

Ce départ, la magistrate ne l'a jamais voulu. « Alors, je ne le fêterai pas, annonce-t-elle derrière un sourire ironique. J'ai peine à quitter ce pays.» La juge se refuse de commenter cette décision en rapport avec la convention franco-monégasque du 8 novembre 2005.

Pourtant, cette femme de robe est appréciée dans son entourage qu'elle va regretter. « Ce sont des gens qui s'investissent à fond, ajoute-t-elle, et sur lesquels on peut compter ! »

« Remarquable magistrate »

Ce n'est pas sans raison si ses collègues et l'ensemble des acteurs de la vie judiciaire la considèrent comme une « remarquable magistrate », « d'une grande disponibilité et un sens inné du service public ». Aucune hésitation n'est relevée sur ses compétences polyvalentes, en matières civile et pénale. Désignée dans ses fonctions pour présider le Tribunal criminel, Virginie Zand est louée pour sa technique solide, son sens aigu de l'indépendance et de l'impartialité, doublé d'une capacité à conduire les débats avec calme, pondération et une autorité exemplaire.

Sa relation de confiance avec les jurés, sa connaissance parfaite des dossiers, son écoute et son humanité sont également louées par l'ensemble de la profession. « C'est vrai, affirme-t-elle, j'ai apprécié la façon de travailler, d'analyser les dossiers et celle de délibérer en collégialité. Il ne faut jamais oublier la dimension humaine, très importante entre accusé et victime. On passe des jours entiers sur une personne en essayant de comprendre comment un être qui n'est pas un monstre peu commettre l'acte le plus monstrueux… »

La juge a logiquement une pensée pour les jurés monégasques. « Ils ont montré un intérêt certain pour cette fonction. C'est même très bien de leur faire partager cette difficulté à juger et à graduer les décisions… »

Sans oublier « son » premier président : « Mme Brigitte Grinda-Gambarini est un véritable chef d'équipe, compatissant et sensible. Elle insuffle cette envie de se dépasser… »

Venue de la Martinique, Mme Zand retourne ainsi sous les tropiques.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct