“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une toute dernière chance avant la prison

Mis à jour le 07/02/2020 à 11:11 Publié le 07/02/2020 à 11:11

Une toute dernière chance avant la prison

Les affaires de conduite sous l’emprise d’un état alcoolique occupent une place importante dans les audiences correctionnelles.

Les affaires de conduite sous l’emprise d’un état alcoolique occupent une place importante dans les audiences correctionnelles. D’autant plus que, bien souvent, les personnes condamnées récidivent. Comme ce ressortissant algérien.

À 40 ans, c’est sa quatrième comparution devant le tribunal correctionnel de Monaco pour conduite en état d’ivresse entre 2007 et 2013. Le 20 juillet dernier, vers 2 h 30, l’intéressé est au volant de son véhicule. Il roule sur l’avenue Princesse-Grace. À hauteur du restaurant La Rose des vents, il fait ronfler son moteur en appuyant sur l’accélérateur. Un policier de faction l’interpelle et le fonctionnaire perçoit rapidement les signes de l’ivresse au cours du contrôle. L’alcootest affiche un taux de 0,63 mg/l.

Deux mois de prison avec sursis

À la barre, le prévenu ne conteste pas les faits. Il relate au président Jérôme Fougeras-Lavergnolle (*) sa soirée passée dans un établissement du port Hercule où il a bu « plusieurs verres de bière. L’accélération était presque machinale. Je n’ai pas fait réfléchi en étant au volant d’une voiture superpuissance et bruyante ».

Le magistrat revient sur les précédentes condamnations : « Avez-vous un problème avec l’alcool ? » La réponse de cet agent du personnel hospitalier ? « Oui, à cette époque. J’avais entrepris de me soigner. Puis cet été, j’ai repris un verre et j’ai peur de retomber dans la même addiction. Je me fais suivre… »

Le premier substitut Cyrielle Colle réfléchit afin de trouver une peine adaptée à ce taux délictuel et une quatrième condamnation pour conduire à nouveau alcoolisé. « Monsieur doit comprendre qu’il ne doit jamais plus prendre le volant après avoir bu plus deux verres. Il essaie de se soigner. Mais cela ne justifie pas, même malade, de pouvoir conduire. Il ne partira pas en détention. En revanche, il devra s’astreindre à une obligation de soins avec la liberté d’épreuve. C’est sa dernière chance avec une peine de quatre mois assortie du sursis, une surveillance pendant trois ans et 45 e pour la contravention connexe. »

Le tribunal s’inspirera des réquisitions du ministère public, mais les réduira de moitié pour condamner le prévenu à deux mois avec sursis, liberté d’épreuve pendant 18 mois. Le montant de l’amende demeure inchangé : 45 e.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.