“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une strip-teaseuse accuse son ex d’avoir diffusé des photos privées sur les réseaux sociaux

Mis à jour le 19/11/2019 à 11:48 Publié le 19/11/2019 à 08:16
Image d'illustration

Image d'illustration Photo Patrice Lapoirie

Une strip-teaseuse accuse son ex d’avoir diffusé des photos privées sur les réseaux sociaux

Une strip-teaseuse accuse son ex-amant d'avoir diffusé des photos "sexuelles et dégradantes" sur les réseaux sociaux. Le prévenu a été reconnu coupable par le tribunal de Nice.

Elle est strip-teaseuse et évolue autour d’une barre en inox lors d’un spectacle de pole dance. René (1), un routier de 44 ans, son ex-compagnon, se retrouve, lui, accroché à la barre du tribunal correctionnel.

Le couple s’est fréquenté quinze mois avant de se séparer avec fracas l’été 2018. "Ce n’était qu’une histoire de c... Nous ne vivions pas ensemble", précise d’emblée le chauffeur poids lourd.

Josie (1) l’accuse d’avoir envoyé, sur les réseaux sociaux, des photos privées à caractère pornographique. Elle n’a pas déposé plainte mais a chargé son avocat, Me Didier Bergamini, de citer directement René en justice. Le dossier est donc examiné sans qu’il y ait eu la moindre enquête.

Devant les juges, l’homme, soutenu par sa nouvelle compagne, – "Une femme droite, elle" –, se défend d’avoir diffusé la moindre image tendancieuse même s’il reconnaît avoir échangé des e-mails peu courtois avec son ex-compagne. "Je vais être ton pire cauchemar", lui a-t-il promis, entre autres, dans un message insultant. "Uniquement parce qu’elle me harcelait", se justifie René qui invite les magistrats à pousser plus avant les investigations: "Tapez stripteaseuse Nice et vous l’aurez en photo."

"Des selfies antérieurs à leur relation"

L’effeuilleuse ne s’est pas déplacée pour faire entendre sa voix. Son avocat, Me Bergamini, s’en charge: "Certes, ma cliente se produit dans des spectacles de charme où elle est peu vêtue. Mais là, il s’agit de la diffusion de photos sexuelles, dégradantes et dont la diffusion sur Internet a un impact exponentiel puisqu’on ne peut pas les supprimer."

La jeune femme demande 13.000 euros de dommages et intérêts.

Le parquet, par la voix de David Coullaud, estime que le délit ne lui paraît pas constitué. "Les messages ne sont pas contestés mais a-t-on la preuve que Monsieur est à l’origine de la diffusion des photos? Je ne pense pas."

Même lecture du dossier par l’avocat de la défense, Cathy Guittard: "Ces photos ont été prises antérieurement à leur relation. Ce sont des selfies. J’aurais souhaité que Madame soit là pour répondre à quelques questions." Pour la défense, la relaxe s’impose.

Après un long délibéré, le président, Alain Chemama, estime qu’il y a bien eu diffusion de photos de la part de René, au moins au frère de la victime.

L’ex amant est reconnu coupable, condamné à son grand désarroi à 500 euros d’amende. Il devra verser 300 euros de dommages et intérêts et 700 euros de frais de justice. Son avocat a l’intention de faire appel.

(1) Les prénoms ont été modifiés.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.