“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une retraitée condamnée pour avoir gardé un téléphone trouvé dans le hall de son immeuble

Mis à jour le 28/06/2019 à 09:15 Publié le 28/06/2019 à 11:55
Le vol a été commis à la conciergerie d’un immeuble de la place des Bougainvilliers.

Le vol a été commis à la conciergerie d’un immeuble de la place des Bougainvilliers. Photo illustration J.-F.O

Une retraitée condamnée pour avoir gardé un téléphone trouvé dans le hall de son immeuble

Une sexagénaire a été reconnue coupable de vol par le tribunal correctionnel de Monaco. Elle a été condamnée à une amende de 300 euros.

Trouver, c'est voler. Ainsi en a décidé le tribunal. Le 15 juin 2018, vers 21h30, la victime a oublié son téléphone sur le banc de la conciergerie de l’immeuble "Les Bougainvilliers". À son retour, il est 22h environ, le smartphone a disparu.

Les inspecteurs de la Sûreté publique, alertés, visionnent la vidéosurveillance du bâtiment. Plusieurs personnes passent… Mais une seule femme s’arrête quelques instants pour feuilleter des magazines.

La scène est montrée au gardien: il reconnaît une des résidentes. Convoquée dans les locaux de la rue Suffren-Reymond, l’intéressée réfute toute appropriation frauduleuse. L’affaire aurait pu être classée "sans suite".

Mais le 6 septembre, le plaignant est contacté sur Facebook. Un message l’informe du dépôt de son téléphone aux objets trouvés. Les policiers sondent le réseau social et remontent à l’identité du "posteur": le mari de la retraitée. Le couple est entendu. Les versions se suivent et diffèrent…

"On ne ment pas et on ne charge pas son mari"

À la barre, la prévenue reconnaît avoir trouvé l’appareil. "Je pensais qu’il avait été oublié par des enfants. Il n’y a pas de vol. Le smartphone était en sécurité chez moi. Il a été rendu. Pourquoi la victime n’a-t-elle pas retiré sa plainte?"

Le président Florestan Bellinzona trouve "étonnant que le portable soit ramené par votre mari trois jours après votre audition. Pourquoi ne l’avez-vous pas simplement reposé où vous l’avez trouvé ?
- N’importe qui aurait pu le prendre…
- Alors, pourquoi mentez-vous?"
Silence…

Comportement inquiétant pour le premier substitut Cyrielle Colle. "Quand on vole et on ment, on finit devant le tribunal. Jusqu’à preuve du contraire, si les technologies évoluent, les téléphones ne se déplacent pas encore tout seuls. Comment a-t-il pu glisser dans les journaux alors qu’il était toujours au domicile de la prévenue? Elle a volé! On ne ment pas aux policiers et on ne charge pas son mari. Madame n’a jamais fait parler d’elle et sa retraite est très modique. Une amende de 300 euros."

Pour Me Charles Lécuyer, "rien ne démontre que ma cliente prend le téléphone en choisissant une revue. Elle a été entendue deux mois plus tard. Si cette dame avait eu l’intention de voler le portable, elle aurait eu l’occasion de le vendre. Or, il a été pris fortuitement et n’a jamais été utilisé. Sans élément intentionnel de vol, je plaide la relaxe."

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.