“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Une responsable de la Poste à Monaco tapait dans la caisse

Mis à jour le 06/05/2014 à 14:16 Publié le 06/05/2014 à 07:16
La fonctionnaire a été suspendue de ses fonctions à La Poste.

La fonctionnaire a été suspendue de ses fonctions à La Poste. Eric Dulière

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Une responsable de la Poste à Monaco tapait dans la caisse

Chantal a gâché sa carrière professionnelle au sein de la Poste de la Condamine après vingt-cinq ans d'ancienneté.

Chantal a gâché sa carrière professionnelle au sein de la Poste de la Condamine après vingt-cinq ans d'ancienneté.

Cette Mentonnaise a comparu devant le tribunal correctionnel pour avoir détourné, courant 2013, la somme de 14.620 € du bureau de la Condamine dont elle avait la responsabilité.

Elle a été condamnée pour abus de confiance à six mois de prison avec sursis et 13.500 € de dommages et intérêts pour la partie civile.

Tout est parti d'une plainte de l'administration postale à l'issue d'une enquête interne mettant en évidence plusieurs manipulations frauduleuses.

Confiance trahie

Aux dernières vacances de Noël, il manque 3.000 € dans le coffre. La semaine suivante, l'employée glissera 2.300 € dans une enveloppe pour masquer le trou dans la comptabilité. Trop tard !

« Vous avez reconnu les faits, a rappelé le président Cyril Bousseron. Mais pourquoi ces détournements à répétition ? Vous preniez de l'argent pour combler votre découvert bancaire. Pourquoi ne pas avoir fait un emprunt ? ». La prévenue n'a pas trop l'air de se rendre compte des conséquences de son infraction. « Je ne m'en sortais pas financièrement. Je ne m'explique pas mon geste. Aujourd'hui, je suis suspendue... »

La partie civile a évoqué un « véritable drame pour la Poste. Une confiance trahie. Une gifle pour tous ses collègues. Nous réclamons 19.620 € de dommages et intérêts. Soit les 14.620 € plus un préjudice d'image de 5.000 €. À ce jour, Madame n'a subi aucune perte de salaire... »

Un procédé itératif pour le procureur Michaël Bonnet. « Pour boucler les fins de mois, on prend l'habitude de prélever de plus en plus d'argent. 10.620 € manqueront dans le distributeur de billets en falsifiant les mouvements de fonds et de suivi d'automate. Prise la main dans le sac, la prévenue retirera aussitôt 3.000 € dans le coffre... Je demande quatre mois d'emprisonnement avec sursis, liberté d'épreuve pendant trois ans et obligation de rembourser ! »

Après en avoir délibéré, le tribunal augmentera la peine demandée par le Ministère public et diminuera la somme réclamée par la Poste.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.