“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une réponse au mouvement des policiers

Mis à jour le 21/11/2018 à 05:12 Publié le 21/11/2018 à 05:12
Le 8 novembre, ils étaient une centaine à se rassembler devant le palais de justice.

Le 8 novembre, ils étaient une centaine à se rassembler devant le palais de justice. Jean-François Ottonello

Une réponse au mouvement des policiers

La direction des Services judiciaires a réagi hier par communiqué suite au rassemblement d'une centaine de policiers, le 8 novembre, après l'inculpation de deux des leurs

C'est un événement inédit en Principauté. Le 8 novembre dernier, une centaine d'hommes de la Sûreté publique se sont rassemblés, en civil, devant le Palais de justice pour montrer leur soutien à deux responsables de la division de la police judiciaire, Christophe Haget et Patrick Fusari. Ces derniers étaient alors à l'intérieur du bâtiment, entendus par le juge d'instruction avant leur inculpation dans l'affaire opposant Dmitri Rybolovlev à Yves Bouvier.

Ce mouvement singulier a depuis été largement commenté en Principauté. Et hier, dans un communiqué, la direction des Services judiciaires y a réagi pour la première fois.

« L'attention de la direction des Services judiciaires a été appelée par divers membres du corps judiciaire, du Haut conseil de la Magistrature ainsi que par le conseil de l'ordre des avocats défenseurs relativement à la présence, le 8 novembre, d'un nombre conséquent de fonctionnaires de police [...] Ayant pris acte de ce regroupement silencieux qui n'a été accompagné d'aucun débordement, le directeur des Services judiciaires entend solennellement réaffirmer les principes qui doivent gouverner la relation entre l'institution judiciaire et ses partenaires institutionnels, principes fondés sur la confiance et le respect mutuels » peut-on lire dans le texte transmis hier par la direction de la Communication.

« Respect absolu de l'indépendance des juges »

« Le directeur des Services judiciaires, chargé par la loi de la bonne administration de la justice, s'attachera à veiller à ce que tous les membres du corps judiciaire de la Principauté puissent exercer leurs missions dans la sérénité et dans le respect absolu du principe constitutionnel de l'indépendance des juges, garantie de l'état de droit » conclut le communiqué, plaidant pour le travail des juges en toute quiétude.

Dans les colonnes de Monaco-Matin, le 17 novembre dernier, le souverain exprimait déjà son point de vue, expliquant qu'il pensait « qu'il ne faut pas interpréter ce rassemblement comme une remise en cause ou une défiance vis-à-vis de la justice. Je connais le dévouement et l'attachement à nos valeurs des membres de la Sûreté publique ; j'y vois davantage beaucoup d'émotion, et même d'affection, envers leurs chefs. C'est une réaction émotive d'hommes et de femmes qui travaillent avec eux depuis des années et qui les respectent. Je comprends aussi que ce rassemblement ait pu surprendre certaines personnes. Cela ne s'était jamais vu auparavant en Principauté mais c'est une affaire bien particulière. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct