Rubriques




Se connecter à

Une jeune Suisse inculpée pour une attaque au couteau à motivation jihadiste

Le bureau du procureur général suisse a indiqué mercredi avoir ordonné l'inculpation d'une jeune Suisse pour une attaque au couteau "à motivation jihadiste" qui avait fait deux blessées le 24 novembre 2020 dans un grand magasin à Lugano (Sud).

AFP Publié le 18/05/2022 à 12:57, mis à jour le 18/05/2022 à 12:36
Illustration. Photo AFP

"Il est principalement reproché à la prévenue la tentative d'assassinat et d'avoir enfreint la loi Al-Qaïda/EI", la loi fédérale interdisant notamment Al-Qaïda et le groupe État islamique, a indiqué le Ministère public de la Confédération (MPC) dans un communiqué.

La jeune femme de 29 ans, domiciliée dans le canton du Tessin (région italophone de la Suisse), devra en outre répondre devant la justice de l'exercice illicite de la prostitution.

Selon l'acte d'accusation, déposé auprès du Tribunal pénal fédéral, la prévenue "a agi intentionnellement et sans aucun scrupule". Le MPC l'accuse d'avoir attaqué "brutalement ses victimes, choisies au hasard, avec un couteau dans le but de les tuer et de répandre ainsi la terreur dans la population au nom de l'EI, de déclencher une large couverture médiatique et de propager ainsi l'idéologie de l'EI".

 

L'une des deux victimes a été grièvement blessée au cou. La deuxième victime a finalement réussi à maîtriser la prévenue avec d'autres personnes présentes sur les lieux et à la retenir jusqu'à l'arrivée de la police.

L'assaillante avait été placée en détention provisoire après son arrestation le 24 novembre 2020 et se trouve en exécution anticipée de peine depuis août 2021.

Dès le jour de l'attaque, la police fédérale avait évoqué une possible "motivation terroriste" et expliqué que la jeune femme était apparue dans une investigation policière de 2017 en lien avec le terrorisme jihadiste.

Le lendemain, la police fédérale avait précisé que les investigations policières de 2017 avaient montré que l'assaillante était "tombée amoureuse" sur les réseaux sociaux d'un combattant jihadiste en Syrie.

Elle avait tenté de le rejoindre mais avait été arrêtée à la frontière turco-syrienne par les autorités turques et renvoyée en Suisse.

 

Souffrant de problèmes psychologiques, elle avait été placée à son retour dans une institution psychiatrique, et, depuis 2017, elle n'était plus apparue dans des affaires liées au terrorisme suivies par la police fédérale.

Le MPC communiquera ses réquisitions de peine lors des débats devant le Tribunal pénal fédéral.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.