“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une jeune mère frappée par son ex-compagnon alors qu'elle venait récupérer leur enfant à Monaco

Mis à jour le 08/06/2020 à 18:40 Publié le 08/06/2020 à 18:40
La jeune mère demandait réparation pour des coups portés par son ex-compagnon devant son enfant.(photo d'illustration).

La jeune mère demandait réparation pour des coups portés par son ex-compagnon devant son enfant.(photo d'illustration). Photo Eric Ottino

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une jeune mère frappée par son ex-compagnon alors qu'elle venait récupérer leur enfant à Monaco

Une jeune mère a été frappée au moment où elle assurait le relais de la garde de l’enfant par son ex-concubin aux Moneghetti à Monaco. Ce dernier dément toute violence. Quant au nouveau compagnon, il a voulu se venger...

L’amour à ses mots. Mais aussi ses maux évoqués par un couple de Portugais devant le tribunal correctionnel.

Après quatre ans de lune de miel, c’est la rupture. La haine de la victime contre son ex-compagnon est tenace.

La jeune mère ne veut pas laisser le dernier mot à l’homme qu’elle a chéri.

Parce qu’il l’a tapée à la face un 20 janvier 2019, en fin d’après-midi, au moment où elle assurait le relais de la garde de leur enfant de 3 ans.

Bilan : deux jours d’ITT. Devant la justice, la plaignante réclame réparation. Le prévenu, en revanche, réfute toute violence et perte de contrôle.

Jusqu’à nier le traumatisme vécu par la victime car il n’a pas souvenance d’agressivité.

"Les policiers ont dû vous menotter et plaquer au sol"

"Je l’ai juste légèrement poussée afin qu’elle comprenne de ne pas s’approcher. Je voulais qu’elle s’en aille vite", avance ce plombier de Beausoleil à la barre.

Les marques au visage de la mère ? "C’est l’enfant qui l’a griffée…"

Quant à la venue du nouveau compagnon de madame un jour d’anniversaire, elle ne serait pas fortuite : "J’ai ressenti une attitude affirmée de provocation".

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle (assesseurs: MM. Florestan Bellinzona et Franck Vouaux) s’étonne. "Madame mentirait-elle ? Sur la photo elle a des rougeurs sur les joues. Est-ce son fils qui les a causées ? Pourtant, un témoin affirme vous avoir vu la frapper ! Les policiers ont dû intervenir pour vous entraver, menotter et plaquer au sol : vous étiez ivre. Vous avez également dégradé le véhicule de son nouveau compagnon…"

Ce dernier est un artisan boulanger de 36 ans et second prévenu. Il est sorti de sa voiture afin de protéger son amie et l’enfant.

Mais avec une étonnante confession. "Je regrette d’avoir donné un coup de pied au visage de ce personnage au moment où il était à terre..."

Toutefois, la partie civile cède à un probabilisme qui se limite à supputer l’éventuelle raison de la colère du plombier. "Monsieur n’a pas supporté que ma cliente l’interroge sur son ivresse alors qu’il avait la garde de l’enfant."

Me Abir Chniti, du Barreau de Nice, réclame un préjudice moral de 3.000 euros.

"Je regrette d’avoir donné un coup de pied au visage"

Au cours des réquisitions, on perçoit le courroux du premier substitut Cyrielle Colle. "Si les rougeurs proviennent de l’enfant qui a griffé sa mère, c’est qu’il reproduit un comportement. Les violences faites aux femmes sont intolérables. Des sanctions lourdes doivent tomber. Six mois avec sursis et liberté d’épreuve pendant trois ans pour le père. Quant au boulanger, il aurait pu finir en détention avec une vengeance pure. Sans conséquence, la peine se limitera à quinze jours avec sursis."

Les deux avocates niçoises vont s’affronter afin de défendre leurs clients respectifs.

La première, Me Catarina Clémente de Barros, pour le plombier, évoque une situation délétère sans gifle, ni menace, ni infraction pénale.

Au plus, il a touché la victime à l’épaule gauche pour la repousser, l’éloigner. C’est un malheureux et détestable combat de coqs.

La seconde estime que l’on joue sur les ambiguïtés des faits délictuels. "Aucun complot ! La version est fantaisiste. L’hystérie du père est la cause de tous les problèmes. Même l’arrivée de la police n’a pu le calmer. Je demande la relaxe de mon client."

Le tribunal a ramené à trois mois avec sursis et 1.000 euros de préjudice la peine du plombier et majoré celle du boulanger à un mois avec sursis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.