“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une famille de Sospel séquestrée pour un coffre J'ai alors entendu " Il faut la ligoter "

Mis à jour le 16/10/2018 à 05:24 Publié le 16/10/2018 à 05:24
L'affaire s'est déroulée dans une propriété agricole du village de Sospel.

L'affaire s'est déroulée dans une propriété agricole du village de Sospel. archives/Eric Dulière

Une famille de Sospel séquestrée pour un coffre J'ai alors entendu " Il faut la ligoter "

La maman a été attachée et retenue avec ses filles de 4, 11 et 17 ans. Une demi-heure d'horreur. Les auteurs présumés comparaissaient hier devant le tribunal correctionnel de Nice

Un calvaire de plus de trente minutes. « Et vous savez, les minutes sont longues dans ces cas-là », sourit tristement Sandy Kost, 34 ans, tremblante. Le 7 août dernier, elle se trouvait à son domicile, « La bastide des oliviers », une propriété agricole de Sospel. Elle y produit, avec son compagnon Yoann Pecqueur, de l'huile d'olive, des fruits, du miel, et élève des poules. Sandy et leurs trois filles, Alicia, 17 ans, Victoria, 11 ans, et Lindsay, 4 ans, vont alors vivre un cauchemar (lire ci-dessous).

Les auteurs présumés des faits comparaissaient hier devant le tribunal correctionnel de Nice présidé par Guillaume Saint-Cricq. Un casting assez étonnant : deux militaires basés à Canjuers dont un originaire de Nice, un agent GRDF de Menton, un bagagiste de Marseille et un homme travaillant sur les marchés de la cité du citron.

Tous ont été interpellés dans un vaste coup de filet s'étendant entre Nice, Marseille et Menton. Le box était presque trop petit hier. Certains reconnaissent l'intégralité des faits - un des deux militaires veut être condamné pour « tourner la page » - d'autres non. Face à eux, sur le banc des parties civiles, la...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct