“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un Vallaurien a nouveau condamné à Monaco pour ne pas avoir respecté ses "obligations de soins"

Mis à jour le 11/10/2018 à 09:25 Publié le 11/10/2018 à 15:30
Le tribunal correctionnel de Monaco.

Le tribunal correctionnel de Monaco. Photo M. A.

Un Vallaurien a nouveau condamné à Monaco pour ne pas avoir respecté ses "obligations de soins"

Condamné en première instance pour stupéfiants, un cuisinier de Vallauris comparaît à nouveau devant le tribunal correctionnel de Monaco. Motif: le prévenu n'a pas respecté ses "obligations de soins".

Le tribunal correctionnel devait statuer sur le cas d’un jeune cuisinier de Vallauris. Celui-ci avait été condamné pour stupéfiants, par ce même tribunal, le 3 juillet 2015, à une peine de deux mois d’emprisonnement avec sursis et placement sous le régime de la liberté d’épreuve pendant trois ans.

Mais, ce trentenaire n’a pas satisfait aux obligations imposées par le juge de l’application des peines. Défaillant, il a comparu à nouveau pour s’expliquer.

"Pourquoi avoir attendu les derniers mois pour vous faire suivre?" demande le président. Le prévenu met en avant la perte de son emploi et le RSA pour seuls revenus.

"dans la restauration, Il n'y a qu'à traverser la route pour travailler"

Le magistrat s’inspire d’une réplique "macroniste": "Pourtant, dans la restauration sur la Côte, il n’y a qu’à traverser la route pour travailler… Certes, votre casier judiciaire comporte sept condamnations lourdes…"

Après les faveurs du tribunal, ce probationnaire devait avoir un comportement irréprochable. Ce n’est pas le cas pour la représentante du parquet.

"L’obligation de soins a été bâclée. On ne peut pas laisser pareil comportement envers l’autorité judiciaire sans réponse: révocation à hauteur d’un mois."

Me Pierre-Anne Noghes-Dumonceau estimera que les informations données à son client "n’étaient pas claires. Certes, depuis sa comparution, il a produit trois contrôles. Mais aujourd’hui, il n’a plus touché de stupéfiants. La peine doit être adaptée afin de ne pas casser sa volonté de guérison. Préférez une mise à l’épreuve".

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct