“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Un touriste brésilien vole une pochette à 6.200€ et une carte bleue à Monte-Carlo

Mis à jour le 22/07/2020 à 21:29 Publié le 22/07/2020 à 21:22
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un touriste brésilien vole une pochette à 6.200€ et une carte bleue à Monte-Carlo

Ce jeune homme au passé judiciaire déjà bien chargé à 25 ans avec dix mentions, a également dérobé une carte bancaire à Monaco. Il a été condamné à quatre mois de prison.

Depuis la semaine dernière, un Brésilien âgé de 25 ans dort à la maison d’arrêt pour une durée de quatre mois.
Un séjour répressif mérité dans les geôles monégasques quand on connaît le parcours délictuel de ce célibataire, sans profession, venu en Principauté le 29 juin dernier pour faire du tourisme.

Le loisir? Le voleur aura peu profité du lieu de villégiature choisi pour faire du shopping. En l’espace de deux heures, il a cédé à deux actes de rapines.

"Fasciné par le luxe"

Ce jour-là, en effet, tout juste débarqué du train en gare de Monaco vers 9 heures, il prend la direction de Monte-Carlo. Admiratif des boutiques de luxe de l’allée François-Blanc, cet individu s’est intéressé plus précisément aux produits de la boutique "Loro Piana". Jusqu’à dérober une pochette en croco d’une valeur de 6.200 euros. Puis, dans la foulée, il a subtilisé la carte bancaire d’une victime au cours d’une discussion, certainement sur les banalités du moment. Faible profit pour ce second cas : quelque 8 euros.
À l’audience de flagrance, menotté, le prévenu n’a pas l’air surpris de se retrouver dans le box.

À vrai dire, c’est un habitué de lieux identiques français. Sur son casier, dix mentions figurent pour vols, violences, filouteries, menaces... L’instruction de l’affaire est pliée en quelques minutes.

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle reste néanmoins surpris par la singularité du comportement du détenu.
"Vers 10 h 40, le manager de la boutique de la place du Casino alerte les services de police pour un vol. Il soupçonne un client coiffé d’une casquette Lacoste. Le signalement permet de vous interpeller à côté de la station ferroviaire. Mais vous fuyez en laissant tomber une pochette. Les agents finissent par vous repérer, planqué derrière une jardinière de l’avenue des Agaves. Ils retrouvent dans vos effets une carte bancaire qui ne vous appartient pas. Pourquoi de tels méfaits ?"

L’homme, avec un fort accent hispanique, relate les faits sommairement. Fasciné par le luxe, c’est la première fois qu’il venait dans la cité princière. Sans pour autant expliquer clairement les raisons qui l’ont conduit aux larcins. La pochette aurait été une sorte de souvenir et le moyen de paiement soustrait par inconscience...
"Vous êtes plutôt venu pour voler !", s’exclame le magistrat. Farfelu ou fantasque ?

"Son seul salaire de serveur ne suffit plus"

Curieusement s’il reconnaît les faits, cet être particulier assure que ce n’est pas son activité principale. "Je suis venu en France il y a quatre ans afin d’entamer une carrière de footballeur à Marseille. Mais je ne vis pas de vol. Je suis serveur pour survivre et boucler les fins de mois..."

Dans ses réquisitions, la procureure Alexia Brianti refuse indulgence et indigence. Seules les infractions constatées comptent.

"La vidéosurveillance montre le prévenu en train de s’emparer de la pochette. Dans l’appartement de la victime, il profite de lui prendre la carte bancaire dans son portefeuille au cours d’une conversation. Il l’a conservée sur lui. Regardez ses antécédents : Monsieur pratique le chapardage depuis 2018 dans la région parisienne. Cette fois, c’est en Principauté : il commet deux vols en deux heures à des fins de revente du butin pour en percevoir des bénéfices. Il faut stopper ce comportement délinquant. La peine ne doit pas être inférieure à cinq mois".

Pour la défense, c’est la crise sanitaire qui a poussé son client à s’intéresser de très près aux objets de luxe. "Ses revenus de footballeur amateur ont fondu avec l’annulation des matches à cause du Covid-19, prétend Me Erika Bernardi. Son seul salaire de serveur ne suffit plus pour élever ses enfants. A priori, ce sont des vols d’opportunité. Soyez cléments ! Il veut changer son comportement afin de conserver son poste dans la sélection des joueurs de la cité phocéenne et se faire un nom dans le foot".

Le tribunal optera pour une condamnation de quatre mois ferme. In fine, on ne peut s’empêcher de rapprocher cette affaire d’une réflexion du poète latin Horace : "Nil admirari" (Ne s’étonner de rien).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.