Un SDF provoque un client et blesse une jeune femme dans une rixe qui dégénère à Monaco

En proie à l'ivresse, un sans domicile fixe blesse une jeune femme au visage dans une altercation qui dégénère à Monaco. Absent à la barre, le prévenu a été condamné.

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 17/08/2022 à 16:30, mis à jour le 17/08/2022 à 15:13
La victime a conservé cet aspect boursouflé sur son visage une dizaine de jours. Photo d'illustration Jean-François Ottonello

Le prévenu ne s’est pas présenté devant le tribunal correctionnel. Mais la description, même sommaire, de sa personnalité par le président Florestan Bellinzona a porté suffisamment de connaissances pour donner quelque idée sur la valeur du personnage.

Il s’agit d’un sans domicile fixe de la Drôme, relativement alcoolisé, au comportement intolérable au cours de son passage dans l’établissement "La Rascasse", situé route de la Piscine. L’épisode qui l’a conduit devant la justice monégasque a eu lieu le 31 octobre dernier et il a entraîné des conséquences assez dramatiques pour une victime qui consommait à une table attenante.

Aucun souvenir…

Car ce soir-là, ce personnage de 23 ans, plutôt versé dans une longue pratique de l’itinérance, a cherché querelles à un autre client. Dans la bagarre, un coup est venu percuter involontairement la jeune femme au niveau du haut du visage. Un regard, une attitude, une réflexion déplaisante ont entraîné des menaces qui ont dégénéré en rixe… Me Arnaud Cheynut a déploré pareil comportement à l’audience et il a rappelé les conséquences de la brutalité et les souffrances infligées à sa cliente.

"Madame a été blessée avec le visage tuméfié. Un impact douloureux évident à plus d’un titre! Car elle a conservé pendant une dizaine de jours cet aspect boursouflé. Il faut prendre en considération une situation plus pénible encore quand on cherche un emploi dans la restauration. Toute présentation avec des ecchymoses pour obtenir un poste dans les métiers de l’hôtellerie est vouée à l’échec. Dans ses déclarations en garde à vue, le prévenu n’avait aucun souvenir d’avoir porté le moindre coup."

Le prévenu échappe au sursis

Mais pour l’avocat-défenseur, il n’en demeure pas moins que cet individu "est désigné par plusieurs personnes comme l’auteur des faits et que la plaignante a subi un préjudice. Nous réclamons une somme globale de 8.000 euros."

 

En reprenant la lecture du procès-verbal, le magistrat a décrit précisément les lésions visibles. "La victime était blessée à l’arcade sourcilière et saignait abondamment. Quand un ami est venu pour la protéger, le ton est monté graduellement. Un videur s’est alors interposé pour les séparer. Comme la jeune femme se trouvait dans un état second, outre les premiers soins, les services de sécurité de La Rascasse ont alerté la Sûreté publique vers 2h45."

Inutile d’en dire plus encore pour le parquet. "Les faits sont établis et particulièrement graves, a reconnu le substitut Emmanuelle Carniello. Le prévenu a frappé d’une manière violente. Il doit comprendre qu’il n’a plus intérêt à recommencer en Principauté. Cet individu a déjà eu des soucis en France pour des vols. Je requiers une peine d’un an d’emprisonnement assorti du sursis."

Le tribunal a déclaré le prévenu coupable et il l’a condamné à 800 euros d’amende par défaut. Il devra également verser à la partie civile la somme de 2.000 euros de dommages et intérêts.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.