“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un Roumain vole un vélo de luxe... pour rentrer chez lui

Mis à jour le 07/11/2017 à 05:28 Publié le 07/11/2017 à 05:27
Le voleur espérait revendre le vélo de luxe, dérobé mardi dernier devant ce bar du quai Kennedy, pour pouvoir rentrer chez lui, en Roumanie.

Le voleur espérait revendre le vélo de luxe, dérobé mardi dernier devant ce bar du quai Kennedy, pour pouvoir rentrer chez lui, en Roumanie. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un Roumain vole un vélo de luxe... pour rentrer chez lui

Menotté, encadré par des policiers dans le box des prévenus, un Roumain de 29 ans au visage glabre est présenté devant le tribunal correctionnel pour le vol d'un VTC électrique de la marque Cube.

Menotté, encadré par des policiers dans le box des prévenus, un Roumain de 29 ans au visage glabre est présenté devant le tribunal correctionnel pour le vol d'un VTC électrique de la marque Cube. Un vélo haut de gamme d'une valeur de plusieurs milliers d'euros.

Pendant l'évocation des faits par la présidente Magali Ghenassia, le jeune homme, SDF et sans profession, scrute, l'air égaré, la salle d'audience presque vide. Pour l'instant, ses casiers sont vierges et il comparaît pour la première fois devant la justice monégasque.

« Je veux retourner dans mon pays »

« Mardi dernier, rappelle la magistrate, vers 12 h 30, vous avez volé un vélo sur le quai Kennedy. Une famille est attablée au bar Pattaya quand le père s'aperçoit qu'un individu s'échappe avec une des bicyclettes qui n'étaient pas attachées. Il poursuit le voleur, le rattrape. Vous laissez le cycle et vous fuyez en courant. Les services de sécurité sont alertés et des témoins font votre description. Les inspecteurs vous repèrent à la gare de Monaco. Mais vous êtes habillé différemment. Ils vous interpellent et retrouveront plus tard le sac avec, à l'intérieur, votre tenue vestimentaire au moment du vol. Que faisiez-vous en Principauté ? »

Le jeune Roumain avoue qu'il était venu pour faire la manche afin de récupérer un peu d'argent. Mais il ne savait que la mendicité était interdite sur le territoire monégasque.

Et le VTT ? « Je l'ai dérobé afin de le revendre. Avec le fric, j'aurais pu retourner chez moi pour refaire mes papiers perdus en Italie. Je voulais travailler légalement en France mais, sans ces documents, il m'était impossible de décrocher le moindre emploi ! Je veux retourner dans mon pays. J'en ai assez de vivre dans la rue… »

Petite moue de scepticisme de la présidente. « La police française mentionne une affaire en cours pour vol à l'étalage. Il s'agirait de plusieurs bouteilles de champagne. D'après Interpol, vous êtes défavorablement connu en Roumanie pour les faits de vols commis en Italie. Je suppose que vous n'avez aucun moyen pour subvenir à vos besoins. En Italie, vous avez rejoint une communauté de drogués… » Le prévenu acquiesce.

Le « fléau » des vols de vélos

Après avoir mis en exergue l'extrême vigilance du père de famille, le procureur Cyrielle Colle apparaît révolté devant la multiplication des vols de vélos. « C'est un véritable fléau ! Les cycles sont revendus très facilement sur le marché noir avec un bénéfice substantiel. » Après quelques remarques sur l'errance du détenu dans le sud de la France sans le moindre sou, quelle peine va requérir pour la représentante du parquet général ? « Il est possible, pour une première infraction, de condamner ce jeune homme à un mois d'emprisonnement avec sursis. »

La défense n'a pas l'air de maugréer… « C'est surtout l'occasion qui a fait le larron, souligne Me Clyde Billaud. Les policiers ont été très réactifs. Mais mon client a reconnu les faits et n'a manifesté aucune mauvaise humeur. Il a même coopéré et le vélo a été restitué. D'ailleurs, il n'y a aucune demande de dédommagement. En France, il était aidé par une association caritative… »

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public : un mois de prison avec sursis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.