Rubriques




Se connecter à

Un Roquebrunois écope de trois mois de prison avec sursis pour cinq infractions en Principauté

Absent à l’audience du tribunal correctionnel de Monaco, un Roquebrunois de 22 ans devait comparaître pour cinq infractions sur le territoire monégasque, dont deux mesures de refoulement. Il a été condamné à trois mois de prison avec sursis.

Jean-Marie Fiorucci Publié le 22/04/2022 à 16:18, mis à jour le 22/04/2022 à 16:19
Vol de scooter, détention d’arme blanche et trouble à l’ordre public lui étaient reprochés. Photo Jean-François Ottonello

C’est un Roquebrunois de 22 ans, visé par cinq infractions : deux mesures de refoulement, recel de vol d’un deux-roues, détention d’un couteau de 21 cm, rébellion. Cité à comparaître devant le tribunal correctionnel, ce jeune homme sans profession est absent à la barre.

Un contretemps l’en a-t-il empêché ? Il est difficile d’engager même une éventualité tant ce personnage est apparu hors-norme au cours de l’instruction de l’affaire par le président Florestan Bellinzona (*).

Déjà condamné pour
vols et escroqueries

Son parcours délictuel reproché débute le 20 novembre dernier. L’individu pénétrait sur le territoire de la Principauté. Or, il savait qu’à cet instant il transgressait une mesure de refoulement à la suite d’une condamnation française. Pour intensifier son insoumission aux règles morales, le pilote avait enfourché un scooter volé en France. Il détenait également un couteau muni d’une lame de 21 cm.

Certes, il avait eu le temps de fuir cette fois ! Sauf sur les enregistrements de la vidéosurveillance urbaine…

 

"Dix-sept jours plus tard, annonce le magistrat, un gardien signalait le comportement périlleux de jeunes sur un deux-roues qu’ils avaient stationné dans le parking de la galerie commerciale de Fontvieille. Aussitôt, les policiers intervenaient et surveillaient les abords du supermarché Carrefour. Une fois repérés et interpellés, les deux passagers sont mineurs. Et pour cause : le Roquebrunois avait donné une fausse identité pour dissimuler son âge et le reste…"

Très vite recadré au cours de sa garde à vue, le prévenu confiait qu’il était alcoolisé et qu’il n’avait pas du tout réfléchi aux problèmes d’identité et frontalier pour venir à Monaco. Il ignorait surtout qu’il pilotait un scooter volé. Quant au couteau, il servait uniquement à se défendre en cas d’agression.

Mais comment croire une personne qui raconte toutes sortes de coquecigrues, détenteur d’un palmarès judiciaire fourni ? De 2017 à 2021 il a été condamné plusieurs fois pour vols, violences, stupéfiants, escroqueries, violation des restrictions sanitaires.

Il se faisait encore remarquer le 25 février 2022. On retrouvait l’individu sur le quai de la gare ferroviaire de Monaco. "A l’approche des agents pour le contrôler, il criait et s’enfuyait, a relaté le président. Un des policiers arrivait à le rattraper et le ceinturer. Déséquilibré, le délinquant chutait et entraînait l’agent à terre, blessé avec sept jours d’ITT. Dans les locaux de la Sûreté publique, le contrevenant contestait la sédition et son impossibilité de résister puisqu’il était au sol. En fait, il s’était mis à courir parce qu’il se savait en infraction", a conclu le magistrat.

Trois mois avec sursis

"Monsieur semble croire qu’il peut venir à Monaco comme bon lui semble, a relevé le premier substitut Valérie Sagné dans ses réquisitions. Pour aiguiser sa compréhension aux interdictions, vous le condamnerez à une peine de trois mois d’emprisonnement assortis du sursis pour les infractions du mois de novembre, et deux mois ferme pour sa récidive du mois de février."

 

Le tribunal s’est montré clément en optant pour une sanction de trois mois en totalité, toujours assorti du sursis.

Face à un tel comportement la citation de Rousseau s’impose : "Quand un homme ne peut croire ce qu’il trouve absurde, ce n’est pas sa faute, c’est celle de sa raison."


* Assesseurs : Mme Geneviève Vallar et M. Franck Vouaux.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.