“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il roule à 80 km/h dans Monaco sans permis ni assurance

Drogué, il est sauvé par un appel de son fils de 13 ans

« La crise de panique était trop forte et j'ai dû consommer subitement de la résine… »	 (Archives MM)

Drogué, il est sauvé par son fils de 13 ans

Le préfet des Alpes-Maritimes présent ce lundi au procès de Cédric Herrou

L'élève qui a braqué sa prof en pleine classe mis en examen

Un résident monégasque se plaint d'un tapage nocturne... et se fait finalement agresser

Mis à jour le 01/02/2018 à 10:48 Publié le 01/02/2018 à 10:41
Les juges monégasques ont condamné le fêtard à deux mois de prison avec sursis.

Les juges monégasques ont condamné le fêtard à deux mois de prison avec sursis. Photo Cyril Dodergny

Un résident monégasque se plaint d'un tapage nocturne... et se fait finalement agresser

Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné, en son absence, un ressortissant suédois à deux mois de prison avec sursis, 1.000 euros d'amende et 600 euros de contravention pour avoir fait passer une nuit blanche à un résident du boulevard d'Italie, le 22 octobre dernier, puis l'avoir physiquement agressé quand celui-ci a osé s'en plaindre...

Un résident du boulevard d’Italie, tout de même patient, n’a pas pu s’empêcher de sermonner des fêtards très bruyants une grande partie de la nuit dans l’appartement voisin de son domicile. Quand le tapage nocturne cesse, le 22 octobre dernier vers 5h du matin, et que le groupe quitte les lieux en voiture, le plaignant vient lui reprocher de lui avoir fait passer une nuit blanche.

Une des personnes concernées l’empoigne carrément à la gorge, à la limite de l’étouffement. Quand cet impertinent lâche enfin sa...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct