Un oligarque russe autorisé par la justice à réutiliser son yacht amarré à Antibes

Vice de procédure: la justice française a ordonné mercredi aux douanes de restituer un yacht appartenant à Alexeï Kouzmitchev, un milliardaire russe. Il est également propriétaire d’une somptueuse villa à Saint-Tropez et d’un second yacht à Cannes.

Romain Beal Publié le 05/10/2022 à 23:00, mis à jour le 06/10/2022 à 06:33
"La Grande Ourse", sur le chantier naval du port Vauban. Photo J. T.

La "Petite Ourse", un bateau de 27 mètres, avait été saisie le 16 mars sur un chantier naval d’Antibes, après que son propriétaire, Alexeï Kouzmitchev – l’un des principaux actionnaires de la banque russe Alfa Bank – a été sanctionné par l’Union Européenne pour ses liens avec Poutine.

Sauf que la cour d’appel de Paris a jugé que les douaniers n’avaient pas suivi la procédure appropriée.

Alexeï Kouzmitchev –propriétaire d’une villa à Saint-Tropez– avait engagé des poursuites afin de récupérer l’accès à ses deux yachts saisis en France –"La Petite Ourse" et "La Grande Ourse".

Ses avoirs étant toujours gelés en vertu des sanctions, Kouzmitchev n’a toujours pas le droit de sortir "La Petite Ourse" des eaux territoriales françaises, mais il est désormais autorisé à accéder au yacht et à l’utiliser dans les eaux françaises, a déclaré son avocat.

 

La cour a également ordonné aux douanes de l’indemniser à hauteur de 10.000 euros. Un tribunal de Rouen décidera ultérieurement du sort du second navire, amarré à Cannes.

Pas inconnu des Niçois

Kouzmitchev n’est pas inconnu des Niçois.

En 2020, alors que la France faisait face à un pic de Covid, que le matériel manquait, que les personnels de santé n’avaient pas assez de masques FFP2 et chirurgicaux, ni même de blouses, Nice avait reçu la livraison de 25 tonnes de matériel médical par cargo. Sur le tarmac, le maire de Nice Christian Estrosi. Il avait indiqué plus tard que le transport avait été offert par un couple d’oligarques russes, Alexeï Kouzmitchev et sa femme, Svetlana.

Pourquoi? Selon le maire de Nice, leurs enfants étaient suivis par le même pédiatre à Paris. Et les Russes cherchaient à remercier la Ville, les services de santé niçois ayant soigné leur fille. À l’époque, Christian Estrosi avait déclaré vouloir les faire "citoyens d’honneur".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.