“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un mois ferme pour un spécialiste du vol au rendez-moi

Mis à jour le 10/09/2019 à 10:01 Publié le 10/09/2019 à 10:01
Il prétextait une confusion pour récupérer le gros billet qu’il avait exhibé en premier, sans oublier les petites coupures en retour.	(Archive photo Cyril Dodergny)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un mois ferme pour un spécialiste du vol au rendez-moi

Lors d’une récente audience de flagrance, un homme de 52 ans a comparu menotté devant le tribunal correctionnel.

Lors d’une récente audience de flagrance, un homme de 52 ans a comparu menotté devant le tribunal correctionnel. Un ressortissant roumain rusé, prêt à tout pour financer à moindres frais son séjour en Principauté, du 28 août au 2 septembre, auprès des commerçants locaux et casinotier.

Charcutier de profession, il a surtout mis en pratique ses multiples talents d’escroc. Un véritable filou spécialisé dans le « vol au rendez-moi ».

Un stratagème bien rodé

Ses sombres pensées l’ont conduit au restaurant Pattaya sur le port Hercule, dans la boutique « Solaris » au centre commercial du Métropole, et au Casino de Monte-Carlo.

Dans ces lieux très fréquentés, il a endossé l’attitude d’un client fortuné en présentant chaque fois un billet de banque à la valeur faciale élevée afin de l’échanger contre de la monnaie. Rien de répréhensible à ce niveau. Mais au moment de saisir en retour des petites coupures, il provoque une confusion grâce à un stratagème bien rodé, afin de récupérer insidieusement le gros billet exhibé en premier.

Ces vols, chiffrés en totalité à quelque 1 300 euros, l’ont conduit devant le tribunal correctionnel.

La présidente Françoise Barbier-Chassaing (*) commence par consulter le casier judiciaire du prévenu. Il est entaché par des infractions commises sur le sol français. Puis elle interroge l’intéressé : « Vous venez à Monaco pour voler ? Vous avez même tenté de dérober l’argent à l’hôtel Hermitage avec votre technique d’argent liquide pour prétexter un échange. »

D’abord, le quinquagénaire soutient fermement qu’il est venu sur le territoire monégasque « pour visiter ce beau pays. Je suis allé à la plage et pour finir, je n’ai pu m’empêcher d’aller au casino. »

Cependant, devant l’accumulation de preuves, il finira par reconnaître ses infractions.

« Des faits graves »

Le premier substitut Olivier Zamphiroff ne se laisse pas abuser par la version du touriste enthousiaste, guidé par le plaisir d’admirer de nouvelles terres princières.

« Des faits graves ont été commis en Principauté. À l’occasion de ses opérations d’échange de billets, cet homme a dérobé de grosses coupures. On lui reproche également le vol d’une paire de lunettes. Surtout, ne le considérez pas comme un primo-délinquant. Il a déjà été averti et sanctionné par une juridiction étrangère. Prononcez un à deux mois de prison ferme. »

L’avocat commis d’office n’aura pas pléthore d’éléments pour défendre son client. Elle essaiera toutefois d’amener les juges à choisir la peine la plus basse à l’heure du délibéré en sollicitant en finalité la clémence. C’était réussi.

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public avec une condamnation à un mois de prison ferme.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.