“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un mois avec sursis pour ivresse au guidon

Mis à jour le 16/02/2016 à 05:04 Publié le 16/02/2016 à 05:04
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Un mois avec sursis pour ivresse au guidon

Patricia a bien failli passer par la case prison avec un taux d'alcoolémie de 1,06 mg/l… Elle s'en tire avec une peine somme toute clémente : un mois avec sursis.

Patricia a bien failli passer par la case prison avec un taux d'alcoolémie de 1,06 mg/l… Elle s'en tire avec une peine somme toute clémente : un mois avec sursis. Le 7 novembre dernier, cette vendeuse de 26 ans quitte son emploi en Principauté à scooter pour retrouver son domicile mentonnais. Mais vers 19 h 25, elle chute sur le boulevard du Tenao, juste après la tour Odéon, soi-disant percutée par un autre véhicule. Les services de secours sont alertés et les policiers font les constatations d'usage.

«Les témoins n'ont pas vu d'accrochage, annonce le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Quand les agents vous interrogent, ils remarquent, d'emblée votre ivresse certaine…»

La jeune conductrice admet qu'il n'y a pas eu de choc. «C'est une voiture qui m'a frôlée en me dépassant. Cela m'a déstabilisée.»

Le président s'inquiète du taux relativement élevé. «Qu'aviez-vous bu?», demande-t-il à la prévenue. Réponse: «Juste deux ou trois bières dans un bar, vers 17 h 30. Et j'avais pris des cachets car j'avais quelques soucis d'ordre personnel. Je m'apprêtais à retourner dans mon foyer…»

Le président l'arrête aussitôt: «Ce devait être de très grandes bières! Quant aux cachets, ils n'amplifient pas le taux d'alcoolémie. Mais peut-être avez-vous un problème avec l'alcool?»

La jeune femme assure que c'est la première fois qu'elle se surprend à être ivre. Ce n'est peut-être pas faux, car ses casiers sont vierges.

Après avoir rappelé à Patricia qu'elle aurait pu comparaître détenue dans le box, le procureur Alexia Brianti a eu des propos morigénateurs. «Il est nécessaire que madame entende raison. Certes, elle a pris peur et a été déstabilisée par le dépassement du véhicule. Mais c'est la faute de l'alcool. C'est une mère de famille. Et s'il y avait eu des conséquences corporelles? J'ose espérer que la prévenue a compris; l'envoyer en prison ne serait pas la solution idéale : deux mois d'emprisonnement assortis du sursis.»

Le tribunal réduira de moitié les réquisitions du ministère public.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.