Rubriques




Se connecter à

Un Marseillais refuse le dépistage du taux d’alcoolémie: dix jours ferme

Père de famille depuis quelques jours, un automobiliste, assez loquace, a passé une soirée bien aventureuse en Principauté. Avait-il trop fêté l’événement, jeudi dernier, pour boire plus que de raison ?

JEAN-MARIE FIORUCCI Publié le 16/08/2017 à 10:10, mis à jour le 16/08/2017 à 10:11
Le tribunal de Monaco. Photo Cyril Dodergny

 Saoul, d’après les policiers qui l’ont interpellé vers 23h55 dans le jardin du square Marcel-Pagnol, place des Moulins, quel taux d’alcool avait-il dans le sang Le nombre de grammes demeurera à jamais un mystère… Car ce Marseillais de vingt-six ans, incarcéré à la maison d’arrêt, a justement comparu, menotté, devant le tribunal correctionnel, pour conduite en état d’ivresse et refus de se soumettre à une épreuve de dépistage du taux d’alcoolémie.

"Deux à trois gorgées de wisky coca"

Il a écopé pour ces deux infractions d’une peine de dix jours de prison ferme. À l’audience, les "deux à trois gorgées de whisky-Coca" bues par cet employé du bâtiment un peu plus tôt, ne plaident évidemment pas pour sa version des faits. Pas plus que son statut de chauffard et fuyard au volant de sa Twingo. Il a avoué, en effet, avoir circulé dans un couloir de bus de l’avenue d’Ostende, remonté l’avenue de la Costa en sens interdit, franchi une ligne continue sur le boulevard du Larvotto, évité d’obtempérer aux injonctions de l’agent etc. Obtenir la compassion du tribunal à ce niveau, il faudra repasser…

Est-ce la raison pour laquelle la présidente Magali Ghenassia a laissé le prévenu s’exprimer sur les faits reprochés, plutôt que de revenir sur ses déclarations? Subtilités de magistrate ?

"Un ami, déclare le détenu, avait gagné une nuit dans un hôtel de luxe à Menton. Il m’en a fait profiter. Avant de rentrer, j’ai cherché une station-service pour faire le plein de carburant. Finalement, je me suis retrouvé à Monaco, perdu… Au Casino, j’ai aperçu un agent et j’ai fait demi-tour afin qu’il m’indique le bon chemin en franchissant une ligne continue. Mais au moment de repartir, après avoir obtenu les informations de l’îlotier, j’ai fait une manœuvre hasardeuse, sans faire attention aux ordres du policier"

 

Remarque de la présidente: "Parce que vous aviez bu!" Le conducteur n’acquiesce pas: "Si peu… Je ne me suis pas arrêté car je pensais que le fonctionnaire s’adressait à une autre personne. Puis, complètement désorienté, j’ai trouvé plus sage de mettre le véhicule au parking du Trocadéro et de retourner à Menton en taxi…"

La présidente: "Quand vous êtes sorti par les jardins, une patrouille vous attendait après avoir visualisé la vidéosurveillance. Pourquoi avez-vous refusé de souffler?"

Six condamnations pour des faits similaires

À cause d’une double fracture tibia-péroné!

"Suite à cette intervention, reconnaît le coupable, j’étais pressé de récupérer mes béquilles dans la voiture. Quand j’ai demandé aux policiers de le faire, ils ont refusé. J’étais très énervé…"

Et pendant la garde à vue? "On ne m’a plus proposé de souffler. D’ailleurs on m’a averti que je prendrai le maximum…" C’est une pièce en deux actes pour le procureur général Jacques Dorémieux, "dans lequel seul celui sur fond d’alcool importe. Je note que le prévenu aligne six condamnations sur son casier français pour des faits similaires. Il a visiblement un problème avec l’alcool. Un à deux mois d’emprisonnement s’imposent."

 

Ces réquisitions sont inadaptées pour la défense.

"Il était plus logique de sanctionner les diverses infractions reprochées, estime Me Thomas Brezzo, plutôt que le délit de conduite en état d’ivresse. Monsieur a été contrôlé pendant plus de huit minutes par l’agent présent sur la place du Casino. À aucun moment ce dernier a constaté une alcoolisation. Le comportement de mon client ressemble plus à celui d’un touriste perdu qu’à un délinquant routier. La relaxe est impérative dans ce cas. Soyez cléments pour le refus de dépistage."

Le tribunal semble avoir pris en considération la plaidoirie de l’avocat.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.