“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Un Italien établit dix fausses factures pour augmenter son salaire à Monaco

Mis à jour le 12/03/2015 à 08:12 Publié le 12/03/2015 à 08:10
Palais de Justice de Monaco 3
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un Italien établit dix fausses factures pour augmenter son salaire à Monaco

Emanuele est un sacré fraudeur. Afin de bénéficier d'une rémunération plus importante, ce quinquagénaire italien a remis dix fausses factures à la SARL qui avait fait appel à ses services.

Emanuele est un sacré fraudeur. Afin de bénéficier d'une rémunération plus importante, ce quinquagénaire italien a remis dix fausses factures à la SARL qui avait fait appel à ses services.

Pour établir les pièces comptables imaginaires, le Transalpin s'était servi de l'en-tête d'une autre entreprise italienne. Cette manière de « surévaluer » le montant de ses revenus lui a rapporté, du 30 avril au 20 décembre 2013, quelque 45 000 €.

Cet artifice ne semblait pas nécessiter de réelles difficultés. En fait, une entreprise de BTP avait obtenu un chantier important. Afin de le surveiller, elle fait appel au prévenu en pensant qu'il agit pour le compte d'une autre société. Le jour où le contrat établi pour ce genre de prestation est réclamé, c'est la surprise ! L'employeur d'Emanuele répond que cet homme ne travaille plus pour lui…

«Avec l'accord de mon patron!»

La partie civile se défend de toutes négligences. «On pensait, d'après ses déclarations, que cet homme était le gérant, lance son représentant. Il a émis des fausses factures pour donner du crédit à ses prétentions. On s'est aperçu que l'argent était versé sur son compte personnel. Nous demandons 50.000 € de dommages et intérêts.»

Le quinquagénaire italien ne se démonte pas pour autant et charge son employeur de l'époque. «Tout cela a été fait avec l'accord de mon patron. Il était au courant des fausses factures. Il m'employait d'ailleurs au noir et il ne payait pas ses charges à Monaco…»

La fameuse société pratiquait-elle allègrement le système des fausses factures ? C'est en tout cas l'image qui ressort des débats, avec un prévenu qui ne serait qu'un pion dans une entreprise mafieuse.

Le ministère public essaiera de débrouiller cette affaire complexe.

«Une chose est sûre, le prévenu n'était pas mandaté par sa société pour travailler avec l'autre entreprise. Il l'a fait en son nom personnel! Quand les infractions ont été dénoncées, l'enquête n'a apporté aucun élément sur l'employeur de ce monsieur, ni détecté la moindre anomalie dans la société émettrice. La peine d'emprisonnement, de deux mois au moins, pourra être assortie du sursis, le prévenu n'ayant jamais été condamné. Sauf en Italie pour le non-paiement des cotisations sociales.»

Le tribunal, clément, optera pour un mois avec sursis.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.