“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un homme condamné pour avoir séjourné à l'hôtel et profité de soins à Monaco... sans rien payer

Mis à jour le 06/05/2019 à 08:53 Publié le 06/05/2019 à 10:00
Le prévenu a reconnu les faits lors de sa garde à vue.

Le prévenu a reconnu les faits lors de sa garde à vue. Photo d'illustration Cyril Dodergny

Un homme condamné pour avoir séjourné à l'hôtel et profité de soins à Monaco... sans rien payer

Il a profité des soins au Centre cardio-thoracique facturés 3.600 euros. Puis bénéficié des prestations de l’hôtel de France pour un total de 688 euros. Mais sans verser chaque fois le moindre euro!

Ce client sans scrupule, dirigeant d’entreprise à Paris, est plus qu’un mauvais payeur. C’est un griveleur expérimenté qui n’aime pas payer les additions. Ni faire la vaisselle…

Quinquagénaire au casier judiciaire éloquent avec quinze mentions pour filouterie, abus de confiance, escroquerie, usage de faux, chèques contrefaits, ce professionnel de la tromperie devait comparaître mardi devant le tribunal correctionnel.

Déjà repéré dans une bijouterie

Évidemment, il était absent à la barre pour répondre de l’infraction de grivèlerie d’hôtel reprochée en Principauté. Seul le patron avait déposé plainte à la Sûreté publique. Le plaignant avait pourtant remarqué l’attitude suspecte du personnage et une habitude particulière. Le client avait laissé toutes ses affaires dans la chambre avant de quitter l’établissement sans payer. Il avait également communiqué des coordonnées de carte bancaire qui ont été rejetées au moment de la transmission. Tout était organisé pour éviter l’instant fatidique de l’addition par des moyens plus ou moins originaux.

À l’audience, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a commenté les stratagèmes du prévenu. "Outre le signalement du personnage donné au moment de la plainte, la police avait été déjà avertie par le comportement bizarre d’un homme dans la bijouterie Chopard. Grâce à toutes ces indications, les agents avaient repéré l’individu, le 11 janvier dernier, dans un véhicule. Il était interpellé et conduit dans les locaux de la rue Suffren-Reymond. Interrogé, il s’estimait atteint de problèmes cardiaques et il voulait se reposer en Principauté. Détenteur de plusieurs cartes bancaires, ce fripon savait qu’il n’était pas en mesure de payer…"

"Coutumier en la matière"

Certes, le fraudeur a reconnu les faits. Mais il avait juré de s’engager à payer la note la semaine prochaine. Il n’en est encore rien. Cet as de la grivèlerie n’est jamais revenu et n’a pas envoyé le moindre argent. Même s’il avait estimé que ses affaires laissées à l’hôtel suffisaient à compenser la dépense.

Comme ce Parisien a filé à l’anglaise, la partie civile a réclamé le paiement de 688 euros. Le magistrat a commenté par la suite le casier judiciaire français du prévenu, dont la dernière condamnation, prononcée par le tribunal de Grasse en 2016, se rapporte toujours à un acte de filouterie. Le procureur Alexia Brianti s’est également penchée sur la carrière de ce spécialiste de la délinquance astucieuse.

"En 2007, ce bonhomme a commis des faits semblables à Monaco. Mais ils ont été amnistiés. Pour l’hôtel, il s’était engagé à régulariser son séjour et aujourd’hui il ne comparait pas. Afin de rassurer le personnel, il avait remis une carte bancaire muette. Condamnez cet homme coutumier en la matière. À la suite des nombreuses périodes d’incarcération entre 1995 et 2016, ajoutez six mois d’emprisonnement ferme."

Le tribunal réduira les réquisitions du ministère public à quatre mois ferme et octroiera à la partie civile la somme de 595 euros.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct