Rubriques




Se connecter à

Un homme condamné pour avoir percuté une sexagénaire sur un passage protégé

A l’intersection du boulevard des Moulins et de l’avenue Saint-Laurent-Saint-Charles, le lieu est réputé accidentogène. Des arbustes empêcheraient la visibilité des automobilistes.

Jean-Marie Fiorucci Publié le 06/04/2021 à 19:27, mis à jour le 06/04/2021 à 19:56
Condamné, le prévenu a expliqué qu’il alerterait le gouvernement sur le manque de visibilité pour les automobilistes à ce carrefour. (Photo Jean-François Ottonello)

Pour avoir percuté avec sa voiture une femme qui traversait sur le passage piéton protégé, le prévenu est condamné à octroyer à la partie civile la somme de 6.000 euros.

Au carrefour du boulevard des Moulins

Les faits se sont déroulés le 21 juillet dernier vers 16h50.

Alors qu’elle traversait sur le passage protégé situé au carrefour du boulevard des Moulins avec l’avenue Saint-Laurent-Saint-Charles, une femme de soixante ans était renversée par un septuagénaire monégasque au volant d’un véhicule.

Il se dirigeait alors vers la Barclays en empruntant le giratoire de la Madone et le boulevard des Moulins. Et il n’a donc pas respecté la priorité aux piétons. Percutée et projetée sur la chaussée, la sexagénaire était transportée au centre hospitalier Princesse-Grace par les services de secours.

 

Interrogé à l’audience par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, le prévenu a reconnu les faits. Mais il a précisé qu’il n’avait pas vu la personne à l’instant où elle traversait sans regarder.

Un endroit réputé accidentogène

Pour le magistrat, c’est un endroit réputé accidentogène. Il faut donc redoubler de prudence et rouler à une vitesse très réduite.

L’intéressé a estimé qu’il ne pouvait pas avoir une conduite sportive avec une vieille voiture de collection. Pour celui-ci, ce n’était même pas dû non plus à un moment de distraction.

En fait, la vision est très réduite à ce niveau.

 

"C’est un véritable obstacle, argumente-t-il, à cause des arbustes qui bordent les limites du rond-point en face de la pharmacie Campora et masquent tout mouvement des piétons".

Conseil de la partie civile, Me Alice Pastor a déclaré que les blessures font encore souffrir sa cliente et les douleurs sont persistantes.

4 jours d’ITT pour la victime et des séquelles

L’état général de la victime qui a eu quatre jours d’ITT, se remet lentement malgré des séquelles durables.

Depuis les mois passés, les assurances ne se sont toujours pas manifestées et la plaignante n’est pas prise en charge par les Caisses sociales monégasques.

D’où sa constitution de partie civile avec un préjudice estimé à 7.000 euros.

 

Le Premier substitut Cyrielle Colle a requis 1.000 euros d’amende avec sursis après avoir souligné que les faits n’étaient pas contestés et que le prévenu ne pouvait pas rouler à une vitesse excessive d’après la cylindrée du véhicule.

"J’alerterai le gouvernement sur le manque de visibilité"

À la suite de la plaidoirie de la défense où tous les éléments en faveur de son client étaient rappelés sur une conduite raisonnable et un automobiliste attentionné et respectueux du Code de la route, le prévenu a déclaré: "Quand l’affaire sera terminée, je me permettrais d’alerter le gouvernement princier pour trouver une solution sur le manque de visibilité au niveau de ce carrefour à cause d’une végétation légèrement luxuriante et gênante."

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public et octroyé à la partie civile la somme de 6.000 euros.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.