“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un chèque en bois de 30 811 € !

Mis à jour le 27/01/2016 à 05:08 Publié le 27/01/2016 à 05:08
AGENCE MONACOILLUSTRATION PALAIS DE JUSTICE DE MONACO
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Un chèque en bois de 30 811 € !

Il est toujours facile d'identifier l'auteur d'un chèque bois.

Il est toujours facile d'identifier l'auteur d'un chèque bois. Ça laisse tellement de traces… Même si Danielle n'a pas comparu devant le tribunal correctionnel, cette Oranaise quinquagénaire a été condamnée par défaut à huit jours d'emprisonnement avec sursis.

Certes, il fallait du courage à cette gérante de société pour remplir et signer un chèque de 30 811 € en sachant pertinemment qu'il n'y avait pas la somme correspondante sur son compte bancaire. Dès lors, sans surprise, il est revenu impayé à l'agence immobilière qui devait en être créditée. La somme concernait trois mois de loyer pour un appartement situé sur le boulevard Princesse-Charlotte.

« Le chèque a été émis le 11 février 2015, a précisé le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, et la plainte a suivi le 6 mai de la même année. Cette femme a reconnu les faits devant le ministère public en affirmant qu'elle connaissait des ennuis financiers pendant cette période… »

Le procureur Cyrielle Colle notera que « la prévenue est sans antécédents. Mais l'émission de chèques sans provision est aussi un fléau. Comme cette femme n'avait pas la provision suffisante, elle aurait pu demander un fractionnement de la dette. D'autant qu'elle a eu déjà recours au chéquier de la société pour payer son loyer. La sanction : huit jours d'emprisonnement assortis du sursis ».

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.