Un boxeur amateur récidiviste poursuivi à Nice pour violences conjugales

Déjà condamné pour des faits similaires et sorti de prison en mai dernier, un boxeur amateur de 35 ans comparaissait devant le tribunal de Nice pour violences conjugales.

La rédaction Publié le 16/08/2022 à 22:35, mis à jour le 16/08/2022 à 22:35
Le palais de justice de Nice. Photo Cyril Dodergny

Joseph, 35 ans, se défend d’avoir commis la moindre violence contre sa jeune compagne de 20 ans. "Je pratique la boxe. J’étais même éducateur dans le Nord. Vous imaginez si je frappais une femme... C’était une dispute, je n’ai jamais porté le moindre coup."

L’argument pourrait être recevable... Sauf qu’il y a un an, le tribunal de Valenciennes l’a reconnu coupable de violences sur conjoint en récidive et menaces de mort. Joseph est sorti de prison en mai puis a été contraint par la justice de quitter le Nord.

Ancien commerçant au casier judiciaire chargé, il s’est installé depuis peu à Nice. Il travaille comme plongeur dans un restaurant de Mougins. Toujours sous contrôle judiciaire, cette nouvelle affaire fait tache. D’autant que la victime est la même jeune femme.

 

Une expertise psychiatrique demandée 

Le procureur Sébastien Eskandar dénombre déjà trois affaires de violences conjugales et trouve le prévenu "inquiétant" : "Monsieur a un rapport aux femmes pathologique." Le magistrat demande le placement en détention provisoire du boxeur en attendant que l’affaire soit jugée mi-septembre.

L’avocat de la défense, Me Kevin Graziani, pense au contraire que son client présente toutes les garanties pour être remis en liberté: un logement, un emploi. Il suffit de l’interdire d’entrer en contact avec la jeune femme. Le tribunal ne veut prendre aucun risque: il reste en détention. La présidente Marion Menot ordonne également une expertise psychiatrique du prévenu.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.