“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Un an de prison pour blanchiment d'argent à Monaco

Mis à jour le 02/02/2015 à 09:56 Publié le 02/02/2015 à 08:12
Palais de Justice de Monaco4
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un an de prison pour blanchiment d'argent à Monaco

La Principauté sanctionne irrémédiablement toutes les personnes qui utilisent des comptes bancaires gérés sur son territoire pour blanchir de l'argent acquis de manière illégale, afin de le réinvestir dans des activités légales. C'est le cas de Rosanna !

La Principauté sanctionne irrémédiablement toutes les personnes qui utilisent des comptes bancaires gérés sur son territoire pour blanchir de l'argent acquis de manière illégale, afin de le réinvestir dans des activités légales. C'est le cas de Rosanna !

Entre 2007 et 2009, cette septuagénaire italienne a participé à un transfert de capitaux illicites depuis la péninsule transalpine.

Absente à l'audience, elle a été condamnée par défaut à un an de prison ferme, et à la confiscation d'une somme de 1 128 000 euros bloquée sur son compte monégasque.

L'affaire démarre le 25 mai 2009, à la suite d'un signalement du SICCFIN* au procureur général.

Un maillage d'opérations avec de multiples sociétés avait pour objectif de drainer des fonds de manière illégale.

L'enquête met au jour des liens entre cette épouse d'un député italien et plusieurs mouvements bancaires sur la place monégasque.

Madère, la Suisse et Monaco

«La prévenue conteste les faits qui lui sont reprochés, annonce le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. À la base, il s'agit d'une vaste fraude par le biais de faux contrats d'assainissement autour d'un complexe immobilier où le montant total des détournements s'élevait à 22.000.000 d'euros. Certes, en 2010, cette retraitée avait reconnu les faits et elle avait été condamnée en Italie à deux ans de prison avec sursis et à la confiscation d'une somme de 1.800.000 euros. Or, elle estime qu'elle ne peut plus être sanctionnée une seconde fois pour cette même infraction. En fait, cette condamnation à l'étranger n'a aucune incidence sur un procès à Monaco qui porte sur des agissements graves pour avoir utilisé les banques monégasques.»

Le procureur Cyrielle Colle rappellera le chemin emprunté par les fonds détournés. «Ils ont transité par Madère, avant de passer par la Suisse et d'être déposés sur le compte associatif de Madame à Monaco.»

Le ministère public réclamera quinze mois d'emprisonnement ferme. Le tribunal ramènera la peine à un an.

 

(1) En Principauté, le Service d'information et de contrôle sur les circuits financiers est l'autorité centrale chargée de recueillir, analyser et transmettre les informations en lien avec la lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la corruption.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.