“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un an de prison ferme pour un monte-en-l'air moldave à Monaco

Mis à jour le 31/03/2017 à 12:34 Publié le 31/03/2017 à 05:17
Incarcéré en Autriche, le prévenu devrait être extradé à Monaco.

Incarcéré en Autriche, le prévenu devrait être extradé à Monaco. Photo d'Illustration Patrick Blanchard

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un an de prison ferme pour un monte-en-l'air moldave à Monaco

Un cambrioleur moldave de trente-deux ans, actuellement incarcéré au pénitencier d'Innsbruck, en Autriche, a été condamné par le tribunal correctionnel à une peine d'un an de prison ferme par défaut.

Ce monte-en-l'air est poursuivi pour des vols avec effraction commis dans deux immeubles de la Principauté au cours de l'année 2013.

Le 22 août, il escalade avec son comparse une terrasse de la résidence « Monte-Carlo Sun ». Puis, le 28 août, les deux malfaiteurs gravissent une gouttière d'une demeure cossue de l'avenue de la Costa où ils feront main basse sur des bijoux.

Dans le premier cas, les deux individus s'attaquent à la haute tour de vingt-six étages située à l'entrée Est de la Principauté. Mais ils limitent leur ascension aux niveaux encore accessibles. Vers 21 heures, un gardien de l'immeuble avertit la Sûreté publique qu'il a remarqué deux drôles de lascars rôder dans les environs. Les enquêteurs visionnent aussitôt les enregistrements de la vidéosurveillance. Sur les images, les quidams enjambent une terrasse et essaient de forcer le pêne d'une porte-fenêtre.

Des profils génétiques

La tentative avortera avec l'arrivée immédiate des policiers. Policiers qui vont recueillir de précieux indices. Dans leur fuite, les cambrioleurs ont laissé à terre une sacoche et des gants. Des éléments parfaits pour relever les profils génétiques des coupables.

Dans la seconde irruption, là aussi, c'est une résidente d'une petite bâtisse, pas trop éloignée des "Allées Lumières", qui donne l'alerte. Elle a vu un arbre bouger de sa fenêtre et remarque deux jeunes perchés au milieu des branches. Elle prévient la police. Même procédé : les images démontrent une vérité évidente. Les deux pillards grimpent par la gouttière et pénètrent dans un appartement. Ils prennent la fuite par une autre ouverture en emportant une épée de collection et un coffret à bijoux, sans grande valeur selon la victime présente à l'audience.

Sur place, les inspecteurs trouveront disqueuse, tournevis et autre matériel adapté aux effractions.

"Délinquant habituel"

"Entre-temps, rappelle le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, les empreintes relevées par les policiers sur les deux scènes de cambriolage ont parlé. Après une concertation avec Interpol, la Sûreté publique est informée, le 25 mai 2016, que l'un des deux profils correspond à un cuisinier moldave incarcéré à Innsbruck. Interrogé, le détenu reconnaît qu'il était de passage à Monaco, à l'époque. Mais il n'a jamais rien volé. Alors d'où proviendraient ses traces trouvées sur les lieux ? Il raconte qu'on a dérobé son véhicule avec plusieurs objets. Alors c'est peut-être par report des cellules épithéliales suites aux diverses manipulations..."

Assez difficile à assimiler pour une personne qui en est déjà à sa troisième condamnation. Aussi le premier substitut Olivier Zamphiroff déclare grièvement: "Cet homme est un délinquant habituel. Condamnez-le à une lourde peine en vous inspirant de la sanction française. Soit huit mois ferme!"

Le tribunal dépassera les réquisitions du ministère public en prononçant un an. Le prévenu devrait être extradé à Monaco pour faire cette nouvelle peine dès la fin de son incarcération à Innsbruck. De prison en prison, il va finir par y prendre pension.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.