“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un an de prison ferme pour un cambriolage

Mis à jour le 14/06/2016 à 05:13 Publié le 14/06/2016 à 05:13
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un an de prison ferme pour un cambriolage

Francesca n'a jamais été surprise en flagrant délit de cambriolage au cours du week-end des 13 et 14 juin 2015, certainement assurée de n'être pas dérangée.

Sans concierge ni caméra, en effet, cette jeune Croate de 19 ans a dévalisé un appartement en étage de la rue Grimaldi pendant l'absence des propriétaires.

Quelle surprise au retour des occupants : porte fracturée et tout mis sens dessus dessous. Amer constat et facture salée ! L'habile monte-en-l'air avait dérobé plus de 65 900 €.

Bijoux et matériels divers composaient le butin de ce cambriolage.

L'affaire a été évoquée au cours de la dernière audience du tribunal correctionnel.

Mais la prévenue est toujours en fuite malgré un mandat d'arrêt. Il était, évidemment, impossible d'écouter le récit de son aventure. Alors, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle a brossé une version des faits. « La police alertée, les enquêteurs ont retrouvé de nombreuses empreintes laissées par cette femme. Ce qui a permis d'aboutir à son identification. Mais elle serait également connue sous d'autres patronymes. »

Puis, le président montre des photos de la maison dévalisée et confirme que la prévenue « n'a jamais été condamnée. Toutefois, l'a-t-elle été, peut-être, en France, sous un autre nom, ou bien en tant que mineure ».

Quant au couple, constitué partie civile, il demande le solde après indemnisation de leur assurance à hauteur de 16 660 €, plus 2 000 € de dommages et intérêts.

Le procureur général Jacques Dorémieux, avec concision, parle « de la preuve de la présence de cette femme dans l'appartement, même s'il y a toujours un doute pour cette personne évanouie dans la nature. Pour la revoir un jour, il faut la condamner à un an de prison ferme et délivrer un mandat d'arrêt ».

Le tribunal suivra à la lettre les réquisitions du ministère public et allouera à la partie civile la somme de 51 468 € de dommages et intérêts.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.