“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un an avec sursis pour celui qui avait piraté des données confidentielles de l'hôpital de Monaco

Mis à jour le 08/06/2017 à 21:56 Publié le 08/06/2017 à 22:30
Dépressif et épris d'un désir de vengeance, l'ancien employé du CHPG n'aurait même pas pris soin d'effacer toutes les traces de son hacking.

Dépressif et épris d'un désir de vengeance, l'ancien employé du CHPG n'aurait même pas pris soin d'effacer toutes les traces de son hacking. Photo d'illustration Sébastien Botella

Un an avec sursis pour celui qui avait piraté des données confidentielles de l'hôpital de Monaco

Vexé de sa non-titularisation, l'ancien employé avait infecté de logiciels malveillants le système informatique et divulgué des données confidentielles sans vraiment prendre soin de se dissimuler.

Après en avoir longuement délibéré, le tribunal correctionnel a condamné, mardi, le pirate informatique du CHPG à une peine de douze mois d'emprisonnement avec sursis. Il devra également verser au centre hospitalier de la Principauté la somme de 2.696 euros, soit un euro multiplié par le nombre d'employés, comme l'avait sollicité au chiffre près l'établissement de soins.

Les juges ont aussi alloué l'euro symbolique réclamé par le syndicat des praticiens hospitaliers.

Les autres parties civiles ont obtenu: 3.000 euros (au lieu de 5.000 euros) pour un cadre soupçonné à tort, et 5.000 euros pour la chef du service informatique. Cette plaignante avait sollicité 100.000 euros, montant calculé d'après son manque à gagner à la suite de son départ à la retraite anticipée à cause de cette affaire.

>> RELIRE. On...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct