“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Trois passeurs de voiture condamnés à plusieurs mois de prison ferme à Monaco

Mis à jour le 27/07/2016 à 05:13 Publié le 27/07/2016 à 05:13
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Trois passeurs de voiture condamnés à plusieurs mois de prison ferme à Monaco

Une affaire d'exportation de voiture volée vers le Maghreb prenait sa source auprès d'une agence de location en Principauté.

Après une longue et minutieuse enquête par les limiers de la Sûreté publique, le dossier est parvenu devant le tribunal correctionnel. Les trois comparses, absents à l'audience, ont été condamnés par défaut à de la prison ferme : huit mois pour Hakim, la tête du réseau ; trois mois pour Grégory, le locataire du véhicule, et pour Luciano, la « mule ».

Nous sommes en mars 2013, sur le port de Tarifa (le plus au sud de la péninsule ibérique) où de nombreux ferries mettent le cap sur Tanger. Une Mercedes Classe S (aux environs de 150 000 euros), louée auprès de l'agence Sixt du Larvotto, est prête pour l'embarquement sur un navire en partance pour le Maghreb. Un douanier espagnol vigilant trouve étrange qu'une berline de location immatriculée en Allemagne stationne sur le port.

« La voiture est interceptée, relate le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, et le conducteur, Luciano, interpellé. Ce Turinois avoue aux policiers son manque d'argent. Alors il a accepté la proposition de Hakim : conduire le véhicule jusqu'en Espagne avec de faux de documents allemands contre une somme de 500 eurs ou 700 euros. Dans le même temps, par le biais du numéro de série du véhicule et de son équipement Argos, les enquêteurs remontent à l'agence de location et au client. »

Accusé de trafic, le locataire réfute

Interrogé à la Sûreté publique, Grégory reconnaît une manière officieuse de s'adonner à la sous-location de voiture. Mais il réfute toute participation à un trafic d'automobiles. Il admet avoir surpris une conversation dans un restaurant de Menton où trois Italiens recherchaient un moyen de locomotion indépendant pour se déplacer sur la Côte. Et il propose sa Mercedes…

Dans ses réquisitions, après un rappel des faits, le procureur Alexia Brianti a demandé une peine de huit mois de prison ferme pour le prévenu considéré comme la tête pensante du réseau, et quatre mois, ferme également, pour les deux complices.

Le tribunal a quasiment suivi les demandes du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct