“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Trois mois de prison ferme pour escroquerie à la carte bancaire à Monaco

Mis à jour le 31/03/2015 à 08:32 Publié le 31/03/2015 à 08:29
Palais de Justice de Monaco4
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Trois mois de prison ferme pour escroquerie à la carte bancaire à Monaco

Il aime côtoyer le luxe et le glamour de la Principauté ! Il va en profiter pendant trois mois. Mais à l'ombre de la maison d'arrêt. C'est la décision rendue hier par le tribunal correctionnel à l'encontre de cet escroc malien de 25 ans, jugé selon la procédure de flagrant délit.

Il aime côtoyer le luxe et le glamour de la Principauté ! Il va en profiter pendant trois mois. Mais à l'ombre de la maison d'arrêt. C'est la décision rendue hier par le tribunal correctionnel à l'encontre de cet escroc malien de 25 ans, jugé selon la procédure de flagrant délit.

La justice lui reproche d'avoir acheté des coordonnées bancaires sur Internet au Canada pour se faire plaisir à Monaco. Et d'avoir frauduleusement utilisé une carte American Express acquise auprès d'une connaissance à Bordeaux ! L'ensemble lui a permis de dépenser 10 590 euros au préjudice de la SBM et de trois sociétés de location de limousines.

Cet étudiant de Pau a débarqué tout récemment en Principauté, à l'occasion d'un match de football, pour profiter des attraits touristiques locaux avec des amis. Muni des précieux chiffres, il joue les nababs. Réservations à l'hôtel, au restaurant, achat de cartes cadeaux, de jetons du casino et transports en limousine !

«Un tissu de mensonges»

«C'est grâce à une page Facebook, répond le prévenu aux interrogations du président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. On peut tout trouver à d'excellents prix. J'ai ainsi réglé pour 250 euros une chambre qui en valait le double. On a dîné avec un ami au restaurant du casino puis on a joué… À un tarif défiant toute concurrence. Plus tous les autres avantages. Il n'y a eu aucun problème pour en profiter et je ne pensais pas à mal! J'étais d'ailleurs surpris au moment de mon interpellation à la sortie, après avoir retiré pour 5.800 euros de jetons au guichet du casino avec les cartes cadeaux.

- À aucun moment vous avez pensé à une technique frauduleuse avec de tels avantages? Ou avez-vous vu que l'on dépense avant et on rembourse après selon ses moyens? demande le président.

- J'ai eu des doutes, certes, mais j'ai toujours pensé que c'était possible grâce aux cartes cadeaux!»

Côté parties civiles, Me Thomas Giaccardi, pour la SBM, réclame 5.800 euros pour la fraude et 2.200 euros pour le préjudice, sans oublier la restitution des scellés (les jetons récupérés à l'issue de l'arrestation). Une seule société de location de limousines est présente et annonce deux trajets pour un total de 640 euros.

Le prévenu ne trouvera aucune indulgence auprès du procureur Cyrielle Colle.

«C'est un tissu de mensonges ! Ces explications sont fantaisistes. Il est facile de vivre avec l'argent des autres sans se lever le matin. Pour quelqu'un qui a versé au dossier des références de grandes écoles et des diplômes importants, son attitude est étonnante. Vous le condamnerez à six mois de prison ferme.»

«Bonne foi»

Alors, comment un individu de bonne famille se retrouve-t-il devant les magistrats monégasques pour des faits aussi graves? «Il a donné tous les éléments. Il va même indiquer son contact qui vend des séjours hôteliers sur Facebook, avance pour la défense Me Sarah Filippi. Il est animé d'une bonne foi ! Il croit profiter d'une offre promotionnelle. Il ne minimise pas les faits ni ne ment sur son rôle et sa responsabilité. Jugez-le pour une erreur, un acte isolé. C'est un étudiant responsable qui a la volonté de rembourser. Rendez-lui la liberté…»

Ce sera un non catégorique de la part du tribunal.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.