“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, elle emboutit trois voitures en stationnement à plus de 70km/h

Procès Pastor: plusieurs accusés ont déjà interjeté appel

Le garagiste provoquait des accidents pour éviter la faillite

Le toxicomane volait des vélos pour payer sa dose... Il a été jugé à Nice

Une Française écope de 8 jours de prison avec sursis à Monaco pour un abus… de v...

Tribunal correctionnel de Monaco: 2017 en 7 procès

Mis à jour le 26/12/2017 à 18:32 Publié le 26/12/2017 à 18:31
Le Palais de justice de Monaco en voit de toutes les couleurs au fil des audiences.

Le Palais de justice de Monaco en voit de toutes les couleurs au fil des audiences. Photo Cyril Dodergny

Tribunal correctionnel de Monaco: 2017 en 7 procès

Ils en voient des vertes et des pas mûres, les juges du tribunal correctionnel de Monaco, tout au long de l’année. Voici, dans le désordre le plus total, sept affaires qui ont retenu notre attention en 2017, par leur gravité ou leur côté cocasse. Comme on va le voir à la lecture de ce condensé, il n’y a pas que des drames qui sont débattus dans une enceinte judiciaire.

1 : Un petit joint en prison

Pour avoir fumé du cannabis au cours de la promenade réglementaire, un détenu de la maison d’arrêt de Monaco a écopé de six mois de plus à effectuer sur sa peine initiale. Ce 24 mars 2016, les gardiens de la prison n’auront pas eu trop de mal à flairer l’embrouille, lorsque des odeurs de haschisch viendront chatouiller leurs narines. C’est sa sœur qui lui avait procuré la drogue lors d’un parloir.

2 : Cocaïne et partouze à la barre

L’affaire aurait très bien pu se limiter à la détention d’un sachet de coke. Le 6 mai 2016, un homme est arrêté à la gare avec un sachet de 2,29 grammes de cocaïne. Là où l’affaire se pimente, c’est que ce Mauritanien de 33 ans avait également 800 euros en poche. Le consommateur serait-il trafiquant? "Les sous m’ont été remis...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct