Rubriques




Se connecter à

Spécialité : voleur de T-Max

Mickael, un résident du quartier des Moulins, à Nice, s'était spécialisé dans le vol de puissants scooters Yamaha, stationnés sur la voie publique dans la région.

jean-marie fiorucci Publié le 02/07/2016 à 05:01, mis à jour le 02/07/2016 à 05:01
Le Niçois écope de 10 mois de prison ferme pour le vol de deux scooters.
Le Niçois écope de 10 mois de prison ferme pour le vol de deux scooters. Michael Alesi

Mickael, un résident du quartier des Moulins, à Nice, s'était spécialisé dans le vol de puissants scooters Yamaha, stationnés sur la voie publique dans la région. Interpellé en Principauté en décembre dernier, suite aux plaintes de deux propriétaires de T-Max, il a comparu menotté devant le tribunal correctionnel. Cet homme de 35 ans, dont le casier judiciaire français porte traces de dix-sept condamnations, a écopé d'une peine de dix mois de prison ferme.

Les enquêteurs ont établi le lien entre deux vols de scooters dans les nuits du 24 août et du 3 septembre 2015, non loin de la frontière avec le pays voisin. Un rapprochement lié à plusieurs indications. Sur les enregistrements de la vidéosurveillance, ils remarquent d'abord le manège de deux véhicules et deux personnes sur le boulevard du Teano. Une Clio fait un repérage dans le quartier pour estimer le nombre de T-Max et s'assure de l'absence de policiers.

Un complice fait quand même le guet pendant qu'un voleur embarque un scooter dans un utilitaire Vito.

 

Puis, d'autres images révèlent un scénario identique sur l'avenue de l'Annonciade, à une semaine d'intervalle. En plus, le système de lecture automatique des plaques d'immatriculations, installé sur le territoire monégasque, leur fournit chaque fois deux précieux indices : le trajet du fourgon et le nom de son propriétaire : un certain Mickael, délinquant notoire depuis l'âge de 12 ans, auteur de 59 faits délictueux, dont la plupart ont été effacés à sa majorité. D'où son arrestation !

« Imbécile » ou « balance » ?

« Vous avez toujours déclaré que vous étiez tout seul pour dérober ces engins, note le président Florestan Bellinzona. Or, c'est le contraire. Le possesseur de la Clio, votre complice, a avoué aux policiers qu'il prêtait son véhicule pour voler des T-Max… »

Le prévenu réplique aussitôt : « En fait, je suis suivi par des gens à qui je dois de l'argent. Cette personne ment. J'ai toujours agi seul. » Le président, agacé : « Alors, pour ne pas passer pour une balance, vous préférez avoir l'air d'un imbécile ? »

 

Le détenu s'énerve et maintien son assertion, s'enferme dans ses dénégations. Au cours de l'audience, il est fait état d'une expertise psychiatrique mentionnant que le prévenu souffre d'une sorte de schizophrénie. Sans pour autant atténuer sa responsabilité ! L'enquête rapporte également des menaces à l'encontre de sa compagne pendant l'incarcération de son ami à Monaco afin de la contraindre à régler les fameuses dettes.

« C'est cela qui vous pousse à voler ? » demande la magistrate. « Oui, répond le prévenu sur un ton cassant. J'essaie de sortir de la délinquance. Mais pour y parvenir, je dois rembourser cet argent en volant. Le fait de m'envoyer en prison n'y changera rien. »

1 000 € le scooter

Nullement intimidé, le président hausse le ton pour évoquer une détention très compliquée, émaillée de multiples incidents. Et pour savoir combien rapportait chaque vente de T-Max, dont la valeur commerciale varie entre 8 000 € et 10 000 € : « Un millier d'euros par transaction », indique le suspect qui a déjà effectué six mois de détention.

Le procureur Cyrielle Colle trouvera dommageable ce refus de coopérer. « Monsieur s'enferme dans un discours qui le dessert. Du fait de son passé judiciaire, je demande un an de prison ferme. »

 

Pour sa défense, Me Christophe Sosso demandera de le juger seulement pour le vol de deux scooters. « Ne prêtez pas l'oreille à des extrapolations. Son casier monégasque est vierge. Son attitude est quasi autiste. Il a besoin d'être aidé ! Une fois libéré, il sera refoulé de la Principauté. Alors, un an c'est trop. Et il n'y a pas de partie civile. Sa peine doit correspondre à l'infraction… »

Le tribunal réduira de deux mois les réquisitions du ministère public.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.