“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soupçonné du vol d'un vélo électrique, il est relaxé !

Mis à jour le 10/04/2018 à 05:16 Publié le 10/04/2018 à 05:16
Les juges ont estimé que le prévenu était de bonne foi.

Les juges ont estimé que le prévenu était de bonne foi. archives Cyril Dodergny

Soupçonné du vol d'un vélo électrique, il est relaxé !

Un vélo (offert) peut-il en cacher un autre (non concerné) ?

Un vélo (offert) peut-il en cacher un autre (non concerné) ? C'est une évidence par rapport au quiproquo évoqué mardi devant le tribunal correctionnel.

Un ressortissant italien, résidant en Principauté, s'est retrouvé à la barre pour le vol d'un vélo électrique, le 25 octobre dernier, dans le parking des Moulins. Pourtant, le quadragénaire affirme à l'audience n'avoir eu aucune intention délictuelle ce jour-là. Un contexte un peu particulier, en effet, illustre cette infraction, car elle aurait seulement existé dans l'esprit de la victime potentielle.

À l'issue d'un dépôt de plainte, les inspecteurs de la Sûreté publique exploitent les enregistrements de vidéosurveillance. Dans la matinée, une personne apparaît avec son « Voyager » à l'emplacement désigné sans se cacher devant la caméra. Il embarque le vélo dans le monospace et repart. Il a juste suffi aux policiers de relever le numéro d'immatriculation pour obtenir l'identité du conducteur.

« Étonné d'être là »

À l'audience, le président Florestan Bellinzona lui demande des explications sur son acte frauduleux. Le prévenu réfute tout dessein malhonnête. « Un de mes amis m'a demandé de récupérer ce cycle car il ne s'en servait plus. Dans le parc de stationnement, le vélo était accroché par un câble antivol à une autre bicyclette identique. » Il a donc pris les deux vélos. Le magistrat : « Pourquoi ne pas en avoir informé l'intéressé ? »

L'homme reconnaît qu'il a « commis l'erreur de ne pas en parler ! Mais à aucun moment je pensais commettre un vol. Il était uniquement question de le débarrasser, voire de le réparer car il était en très mauvais état. Après le coup de fil des enquêteurs, j'ai compris ma méprise ridicule et j'ai rendu le cycle. D'ailleurs, cela coûtait plus cher de le réparer par rapport à la valeur vénale réelle du vélo. Je suis étonné de me retrouver devant ce tribunal pour avoir rendu service… »

« Affaire atypique »

Le premier substitut Olivier Zamphiroff ne semble pas douter de la bonne foi du Transalpin. « Monsieur est sans antécédent judiciaire. Pour cette affaire atypique, et d'après les explications fournies à la barre, je laisse à votre tribunal le soin d'apprécier la sanction. »

Les juges prononceront la relaxe.


La suite du direct