“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Six ans de réclusion criminelle pour le 3e braqueur de la bijouterie à Monte-Carlo

Mis à jour le 15/06/2016 à 05:09 Publié le 15/06/2016 à 21:00
Sécurité renforcée autour du tribunal criminel, hier, au moment de l’arrivée de l’accusé.

Sécurité renforcée autour du tribunal criminel, hier, au moment de l’arrivée de l’accusé. Photo J.-M.F.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Six ans de réclusion criminelle pour le 3e braqueur de la bijouterie à Monte-Carlo

Dans l'affaire du vol à main armée de la bijouterie Zegg et Cerlatti, en mai 2008, Rauno Kuklase écope de la même peine que ses complices du gang des Estoniens

Six ans de réclusion criminelle. Ni plus ni moins.

C'est la condamnation prononcée hier par le tribunal criminel, présidé par Virginie Zand, qui jugeait Rauno Kuklase, ce membre du gang des Estoniens, pour sa participation au braquage de la bijouterie Zegg & Cerlatti le 2 mai 2008, vers 12h20, au 24, avenue de la Costa, à Monte-Carlo (lire notre édition de mardi 14 juin).

Une peine identique avait été infligée le 18 mars 2015 aux coauteurs Tanel Kull et Sander Sarik pour ce vol de 28 montres Rolex et Patek Philippe, pour un butin estimé à quelque 74.000€.

D'emblée, dans la grande salle d'audience, la voix de Me Richard Mullot, pour la partie civile, a résonné avec insistance pour solliciter des dédommagements envers la société et les employés traumatisés. "Préjudices matériel et moral sont justes, car l'infraction a été démontrée. Fini ce roman à la Balzac avec les dettes, l'enfance malheureuse, la précarité, la drogue et le démon de l'errance. En fait, vous avez affaire à des personnages aguerris aux cambriolages et pas tendres du tout."

"Huit ans après les faits, on s'est moqué de nous, estime Me Mullot. L'accusé fait bien partie d'un clan tarifé à 15.000€ par hold-up en échange d'un service rendu! On est passé très près du drame en quarante secondes. Nous n'avons pas l'habitude, en Principauté, d'être mis en danger de mort…" L'avocat réclamera la somme de 116.244€ en guise de compensation.

"Épopée criminelle"

Rage et exaspération comparables dans les réquisitions du procureur Alexia Brianti. "Ces agresseurs sont prêts à tout pour emporter un fort butin. Ce sont des criminels professionnels et leurs vols à main armée à travers l'Europe en témoignent avec un mode opératoire redoutable."

Outre l'excellence de la coopération policière internationale, la représentante du parquet mettra en exergue la culpabilité de l'Estonien et la violence de l'action. "On ne néglige rien pour s'emparer des montres de valeur. Les faits ne sont pas anodins et le législateur les a qualifiés de crime. L'arme a beau être factice, l'intention est la même. Soyons sérieux et lucides dans ce dossier où apparaissent le passé judiciaire et l'épopée criminelle de l'accusé avec un but lucratif. La réclusion criminelle doit être identique à la peine prononcée à la précédente audience: six ans !"

Après une série de réflexions personnelles sur la notification d'inculpation et les obligations du droit à l'avocat comme du droit à la défense, Me Sophie Marquet ne s'aventurera pas à réclamer la relaxe pour son client. Mais elle trouvera dans ces réquisitions une similitude tarifaire "appliquée aux vols à main armée, quel que soit le gang".

"Or, plaide-t-elle, on se fonde sur le témoignage d'un coauteur, M. Kull, pourtant considéré comme peu crédible lors du précédent jugement. Oui, les participants sont de simples fantassins et les commissionnaires ne sont jamais inquiétés. S'il les dénonçait, il en subirait des conséquences graves, funestes. Ne jugez pas mon client de la même façon."

Et l'avocate de la défense de poursuivre: "A Monaco, aucun élément ne relate des violences. Aucun employé n'a porté plainte. Ce vol, c'est de l'amateurisme grossier: on opère à visage découvert, on se dirige vers les montres d'occasion et on demande même aux employés de leur ouvrir la porte. Au lieu d'aller vers la frontière française proche, tous se dirigent vers le casino et la plage du Larvotto. Alors, ne faites pas de jugement à l'emporte-pièce…"

Le tribunal criminel prononcera la sentence requise.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.