“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Scandale du tunnel de Tende: des avocats de la défense réclament le transfert du procès à Turin

Mis à jour le 11/11/2019 à 20:34 Publié le 11/11/2019 à 20:34
Ferraillage, cintres métalliques, parpaings... Tout le matériel laissé à l’abandon sur le chantier

Ferraillage, cintres métalliques, parpaings... Tout le matériel laissé à l’abandon sur le chantier Photo archives Frantz Bouton

Scandale du tunnel de Tende: des avocats de la défense réclament le transfert du procès à Turin

Nouvelle étape judiciaire, ce lundi, dans la longue route menant au jugement de l'affaire du tunnel de Tende. Dix-sept personnes sont mises en cause pour le vol de 200 tonnes de métal destinées à ce chantier titanesque, ou pour les nombreuses fraudes révélées autour de ce chantier franco-italien.

Depuis le coup de filet de la guardia di finanza en mai 2017, 17 mis en cause doivent répondre de vol, fraude aggravée, tromperie sur la marchandise ou encore faux documents, devant la justice italienne. Mais où?

A Cuneo, où s'est tenue une nouvelle audience? Ou à Turin, comme le réclament des avocats de la défense, invoquant des motifs de forme? Telle est la principale question soulevée ce lundi, rapportent nos confrères de La Stampa.

Par ailleurs, des avocats ont contesté pour diverses raisons la constitution de partie civile de l'Etat français, de la région de Cuneo et de la commune de Limone.

Tous ces débats techniques ont conduit à une nouvelle audience, le 16 décembre prochain. C'est seulement alors qu'un calendrier sera fixé pour le procès au fond.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.