“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Saoul et interdit de territoire, il errait dans la gare en attendant le train

Mis à jour le 27/03/2017 à 13:08 Publié le 27/03/2017 à 05:13
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Saoul et interdit de territoire, il errait dans la gare en attendant le train

Un homme de nationalité marocaine, âgée d'une quarantaine d'années, a comparu, menotté, devant le tribunal correctionnel, selon la procédure de flagrant délit. Le jeudi 23 mars, vers 2 h 30, les policiers l'ont surpris en train de déambuler dans la station ferroviaire.

Complètement saoul, l'individu attendait l'express de 6 h 50 pour rejoindre Marseille, avant de s'embarquer à destination du Maghreb où il réside. En contrôlant son identité, les agents se sont aperçus que ce personnage était frappé d'une interdiction de territoire monégasque depuis le 21 octobre 2011.

À l'audience, le prévenu fait profil bas ! Surtout par souci de passer au travers d'une condamnation afin d'éviter la perte de son emploi. « Pourquoi êtes-vous revenu à Monaco ? lui demande le président Florestan Bellinzona. Vous saviez pourtant que vous n'aviez même plus le droit d'y passer. Vous aviez 0,90 mg d'alcool par litre d'air expiré… »

Maigre et barbu, le coupable raconte : « J'étais à Beausoleil pour voir ma mère. Puis, au hasard des rencontres, j'ai été invité par des amis… Je demande l'indulgence de votre tribunal afin de poursuivre mon travail. Je suis commercial chez Orange Maroc. »

Le magistrat relève plusieurs condamnations sur son casier, en France comme à Monaco « où vous aviez outragé la famille princière et menacé de mort un policier… »

« Je ne suis pas un garçon méchant, poursuit le fautif. Je n'ai pas de problème avec la Principauté… »

« Mais vous insultez les gens ! Où va-t-on ? »

« Je touche 700 euros par mois dans mon pays. J'ai besoin de cet argent pour vivre, insiste le coupable… Quand je sors d'ici, je repars de suite chez moi avec le bateau reliant Marseille à Casablanca… »

Le procureur Cyrielle Colle semble guetter les propos du prévenu, afin de juger de sa sincérité parfaite. « Mais n'étiez-vous pas sur le territoire monégasque au mois de novembre dernier, car une procédure vous concernerait. Vous aviez causé du trouble à l'ordre public. J'ai l'impression que Monsieur n'a pas bien intégré l'interdiction de venir à Monaco. Vous n'aviez pas le droit d'être à la gare… N'étant plus accessible au sursis, huit jours de prison ferme s'imposent. »

En défense, l'avocat Stephan Pastor, pour sa première plaidoirie, reconnaît la perte de repères de son client, « parce qu'il a trop bu. Interpellé, il n'était pas en mesure de comprendre les propos tenus et il ne se défausse pas. Il s'excuse ! Aidez-le à retourner dans son pays ! Ne participez pas à la perte de son travail… »

Le tribunal fera preuve de compréhension avec une amende de 1 000 euros.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.