“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rybolovlev, star de l'année judiciaire à Monaco

Mis à jour le 27/12/2017 à 08:21 Publié le 27/12/2017 à 08:20
Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier feront encore parler d‘eux en 2018.

Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier feront encore parler d‘eux en 2018. Photos Jean-François Ottonello

Rybolovlev, star de l'année judiciaire à Monaco

En 2017, l’affaire opposant Yves Bouvier et Dmitri Rybolovlev aura poussé vers la sortie Philippe Narmino, le directeur des services judiciaires de la Principauté, et l’expression «MonacoGate» envahi la presse française et étrangère.

Dire que Dmitri Rybolovlev est une star médiatique à Monaco est un euphémisme. En 2017, le nom du milliardaire russe a alimenté à profusion les colonnes de Monaco-Matin, des journaux sportifs et, de manière générale, de la presse internationale.

Si l’on synthétise, "Rybo" a fait la Une de l’actualité pour deux raisons.

Un, le club de football qu’il préside, l’AS Monaco, a été sacré champion de France cette année, pour la huitième fois de son histoire. Un événement qui justifie amplement que l’on parle de son président.

Deux, Rybolovlev est au cœur d’une affaire judiciaire tentaculaire. Il s’agit du conflit entre deux hommes, Yves Bouvier et lui. Le marchand d’art suisse et le collectionneur russe.

38 tableaux de maître surfacturés?

Le dossier est né à Monaco aux premières lueurs de 2015. Trois ans plus tard, elle s’étend dans plusieurs pays, à Singapour, aux États-Unis et en Suisse, notamment. Ce 9 janvier, deux sociétés de la famille Rybolovlev déposent plainte contre Yves Bouvier pour "escroquerie" et "complicité de blanchiment".

Le marchand d’art est accusé d’avoir surfacturé la vente de 38 tableaux de maîtres à l’ex-oligarque, frisant le milliard d’euros.

LE PORTABLE DE BERSHEDA

L’enquête suit son cours pendant deux ans. Et puis soudain, en 2017, tout s’accélère. Et c’est peu dire. Le juge d’instruction monégasque Édouard Levrault, dans le cadre d’une plainte déposée en 2015 par Tania Rappo pour "atteinte à la vie privée", ordonne l’examen approfondi du téléphone portable de Tetiana Bershea. L’associée de Bouvier accuse l’avocate de Rybolovlev d’avoir réalisé un enregistrement audio à son insu, lors d’une soirée à Monaco chez Rybolovlev.

Et là, c’est le drame, si l’on ose dire. Le 13 juillet, le juge Levrault prend connaissance du contenu du portable de Bersheda – celui qui a enregistré la conversation présumée illicite – et y découvre, sans doute à sa grande stupeur, des milliers de SMS pour le moins embarrassants, échangés entre l’avocate de Rybolovlev et les plus hautes autorités policières et judiciaires de la Principauté.

Des textos qui montrent une certaine complicité de la jeune femme avec le patron de la Sûreté publique, le chef de la police judiciaire ou encore, et pas des moindres, le directeur des services judiciaires de Monaco.

philippe Narmino écarté

Le 14 septembre, Philippe Narmino, le patron de la justice monégasque, est poussé vers la sortie. Le directeur des services judiciaires, dans un court communiqué, annonce qu’il prend une retraite anticipée en raison "des mises en cause personnelles" dont il fait l’objet.

Prenant son courage à deux mains, le magistrat ouvre une information judiciaire contre X le 19 septembre pour "trafic d’influence actif et passif" et complicité de cette infraction. Il ordonne, le 22 septembre, le placement en garde à vue de Philippe Narmino et chapeaute les perquisitions à son domicile et dans ses bureaux.

Le 19 octobre, Dmitri Rybolovlev est inculpé pour "complicité d’atteinte à la vie privée".

"MonacoGate"?

Cette même année 2017, le 28 septembre, le journaliste Renaud Revel publie un livre intitulé "Le mystérieux Monsieur Rybolovlev", une "enquête sur l’oligarque le plus puissant du monde", indique la manchette. On y apprend que les autorités américaines se penchent de très près sur les liens qui unissent Rybolovlev à Trump, depuis l’achat d’une propriété de ce dernier en Floride, jusqu’aux cercles financiers de Chypre.

À chaque fois que le nom de Rybolovlev est cité, forcément, Monaco prend un coup. Cette année plus que jamais, l’affaire qui touche Rybolovlev, lequel s’est d’ailleurs attaché les services de Me Hervé Temime, redoutable ténor du barreau de Paris, à la rentrée, aura ébranlé la Principauté.

Au point de faire sortir le prince Albert II de sa réserve, le 2 octobre dans Monaco-Matin, pour contester le "MonacoGate" que la presse française dépeint, tout en affirmant "qu’aucun manquement ne sera toléré" dans cette affaire.

Au terme de cette année 2017, en tout cas, personne ne pourra plus dire qu’il ne sait pas comment s’écrit le nom "Rybolovlev"…


La suite du direct