“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Refoulé, il descend à l'hôtel et ne paie pas ses consos

Mis à jour le 01/03/2018 à 05:06 Publié le 01/03/2018 à 05:06
« Vous n'aviez pas à mettre un pied à Monaco », a relevé le  président Jerôme Fougeras-Lavergnolle.	(Archives NM)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Refoulé, il descend à l'hôtel et ne paie pas ses consos

Une amende de 500 euros !

Une amende de 500 euros ! La note n'est pas salée pour ce résident de Roquebrune-Cap-Martin jugé devant le tribunal correctionnel. Certes, il a été interpellé parce qu'il n'avait pas réglé ses consommations au Méridien Beach Plaza, ce complexe hôtelier de l'avenue Princesse-Grace. Mais il n'a pas été question de filouterie à l'audience. La justice reproche à cet homme de vingt-trois ans, sans emploi, d'avoir enfreint une mesure de refoulement.

Brièvement, le 1er janvier dernier, le prévenu passe les fêtes de fin d'année au palace du Larvotto. Comme il n'a pas d'argent pour régler les boissons commandées, le responsable du personnel de l'hôtel alerte les policiers. Quand les agents arrivent, ils procèdent au contrôle de l'individu et s'étonnent de le trouver en Principauté. Une interdiction de se rendre sur le territoire monégasque lui avait été notifiée le 23 juillet 2017. Interrogé, le mis en cause pensait que « la mesure avait été levée. J'étais déjà venu la veille et j'avais adressé à l'administration gouvernementale une demande de suspension. »

« Le prévenu doit réagir… avant que ça finisse à la maison d'arrêt »

Un recadrage s'impose ! « Sans réponse du Ministre d'Etat, explique le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, vous n'aviez pas à mettre un pied à Monaco. Vous êtes donc à la barre pour ne pas avoir respecté une mesure administrative. On comprend d'ailleurs cette interdiction quand on voit votre casier judiciaire monégasque où vous avez été condamné lourdement pour stupéfiants. Sur la partie française, on relève quatre mentions… »

Inutile de s'attarder pour le premier substitut Olivier Zamphiroff. « L'infraction est caractérisée. Le prévenu doit réagir. Je vais demander une amende pour une première fois, entre 500 euros et 1 000 euros, afin que la violation de territoire n'aille pas crescendo et finisse à la maison d'arrêt. »

Le tribunal retiendra la peine la plus basse proposée par le ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.