“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: le gendre de la victime se dit innocent, le coach sportif "plaide coupable"

Mis à jour le 17/09/2018 à 18:12 Publié le 17/09/2018 à 18:12
Le procès Pastor s'est ouvert ce lundi 17 septembre.

Le procès Pastor s'est ouvert ce lundi 17 septembre. Photo Franz Chavaroche

Procès Pastor: le gendre de la victime se dit innocent, le coach sportif "plaide coupable"

"Je répondrai à toutes les questions": en costume et cravate sombres sur chemise blanche, Wojciech Janowski a promis lundi de ne rien cacher, à l'ouverture du procès de l'assassinat de sa belle-mère, la richissime héritière monégasque Hélène Pastor, qu'il est accusé d'avoir commandité.

Devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, Wojciech Janowski, 69 ans, a pris place lundi après-midi dans le box des accusés aux côtés notamment de son ancien coach sportif, Pascal Dauriac, 49 ans, en polo bleu sombre, qui assure que Janowski l'a "manipulé" pour organiser le crime, et d'Al Hair Hamadi, 35 ans, l'un des deux Marseillais recrutés pour exécuter le contrat, lui jouant le rôle du guetteur.

Au total, 10 personnes sont jugées pour leur participation, à des degrés divers, dans la machination qui devait permettre à Wojciech Janowski, selon l'accusation, de faire main basse sur la part d'héritage qui devait revenir à sa compagne, Sylvia Ratkowski, la fille d'Hélène Pastor.

Pascal Guichard, le président de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône après la fastidieuse lecture de l'arrêt de mise en accusation invitent les dix accusés à s'exprimer sur les charges qui pèsent sur eux.

Chevelure blanche impeccable, costume gris, cravate et chemise blanche, Wojciech Janowski se lève: "Je suis innocent. Je n'ai commis aucun crime. Merci. C'est tout." 

A ses côtés, Abdelkader Belkhatir, pris d'un malaise dans l'après-midi qui a provoqué une suspension du procès, apparaît fragile: "Pacal Dauriac est venu me voir me disant qu'il était, lui et ma sœur, en danger. Suite à ça…"

Le silence paraît interminable. "Je ne me doute pas qu'il y aura des homicides..." Belkhatir est à nouveau aphone.

Le président vient à son secours: "Nous aurons l'occasion de vous écouter ultérieurement quand vous serez dans de meilleures dispositions."

Pascal Dauriac, qui paraissait, les yeux fermés, comme absent depuis l'ouverture des débats, déclare sans hésitation: "Je confirme toute la gravité de mes propos et je plaide coupable." Il semble être le seul accusé à être d'accord avec les conclusions du juge d'instruction.

>>RELIRE. Procès Pastor: le fils de la victime et partie civile, Gildo, est arrivé à la cour d’appel d’Aix en Provence


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct